Santon, femmes en Norvège, ouverture suite et président kéké

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Avec d'abord du rififi dans les crèches du côté de la Provence...

Bon ce n'est pas si grave, mais c'est quand même un comble, c'est un peu comme si le santon de l'Abbé Pierre se retrouvait SDF : il va être banni de la crèche... Un an après le santon de la Vierge au ventre rond, un vent de polémique souffle à nouveau sur les crèches provençales raconte la Provence. Le santon de la discorde, c'est donc cette fois celui de l'abbé Pierre, qui avait inspiré l'artisan marseillais Jacques Flore... Ce santon doit être retiré de la vente.
En fait, c'est le mouvement Emmaüs qui est en charge du testament de l'Abbé Pierre et qui a demandé au santonnier de cesser toute production à usage commercial de cette figurine dont 150 exemplaires ont déjà été fabriqués et distribués depuis un mois. Le santon de l'abbé Pierre va devoir se trouver un autre toit que celui de la crèche...

Direction maintenant la Norvège, le bon élève de l'Europe pour l'égalité entre hommes et femmes au travail...

La Norvège qui a choisi la solution radicale, c'est dans le Figaro, et le prochain rendez-vous pour les femmes c'est le 1er janvier : à cette date, les sociétés anonymes devront compter au moins 40 pour cent de femmes dans
leur conseil d'administration sous peine d'être carrément dissoutes.
De quoi alimenter le débat sur les quotas : la ministre travailliste de l'Egalité explique dans le Figaro que beaucoup de gens continuent à penser que les entreprises devraient avoir en la matière la liberté de choisir, mais qu'en réalité si on laisse faire ça ne marche pas. D'ailleurs souligne-t-elle aucun autre pays n'a d'aussi bons résultats que la Norvège pour la promotion des femmes dans les entreprises.
Les plus réfractaires sont les entreprises financières et les secteurs des nouvelles technologies et de l'énergie. Certaines sociétés vont jusqu'à changer de statut pour éviter d'être dissoutes, mais c'est la minorité, globalement le seuil des 40 pour cent sera atteint à la date couperet dans la grande majorité des sociétés norvégiennes.

A l'approche de 2008 et du rendez-vous des municipales, l'ouverture reste une priorité du côté de l'Elysée...

La stratégie se confirme : l'UMP recrute 500 candidats d'ouverture : des personnalités de gauche et du centre feront liste commune à Chartres, Marseille, Toulouse, Avignon, Rouen, Angers ou Nantes.
C'est le Figaro qui fait le point des grandes manoeuvres à l'UMP pour préparer les municipales.
Nicolas Sarkozy a fait le point sur la question avant de partir en vacances. Il compte sur la stratégie d'ouverture pour passer sans encombre les rendez-vous électoraux du printemps explique le Figaro.
Pour l'instant, 500 noms sur cette liste des candidats d'ouverture, c'est bien mais peut mieux faire, Nicolas Sarkozy a demandé à l'UMP de doubler la mise d'ici février... en recrutant aussi bien du côté du PS que du Modem de François Bayrou. Le Modem où des maires sortants ne se sont pas gênés, ils ont sauté sur l'occasion selon le Figaro pour tenter d'assurer leur réelection grâce à l'étiquette UMP, comme à Noisy-le-Sec, Epinay, ou Talence.
A Marseille Jean-Claude Gaudin a marqué un point en récupérant l'ex-député PS Philippe SanMarco, et à Toulouse dit encore le Figaro Jean-Luc Moudenc a fait encore plus fort en invitant sur sa liste le sénateur PS Jean-Pierre Plancade... Le PS qui a intérêt à se méfier : à Avignon Marie-Josée Roig annonce aussi l'arrivée sur sa liste d'une forte personnalité socialiste.

Et à propos d'élections Libération rappelle aussi qu'avec la fin de l'année, il ne reste plus que quelques jours pour s'inscrire sur les listes électorales, jusqu'au 31 décembre.
Les jeunes majeurs sont inscrits d'office, mais Libération rappelle que pour les autres, notamment
ceux qui ont déménagé, pas de trêve des confiseurs, il y a urgence d'ici lundi.

Un mot qui fait son apparition aussi dans la presse ce matin...

Après le président bling bling, le président kéké, c'est Roger Antech dans le Midi Libre qui s'interroge sur les signes ostentatoires d'une présidence d'un autre type. Les ray-ban, la rolex, la chaine en or, les vacances de riche, le top model et la romance sur le Nil.-L'exercice décomplexé du pouvoir flirte avec le mauvais goût, voire le mauvais genre dit Midi Libre.
Même énervement du côté de Pierre Taribo dans l'Est républicain, disons-le tout net, la République des concierges, du tout people et des voyages qui font jaser dans le Landerneau, nous en avons assez... assez dit-il encore de ce théâtre où se retrouve pêle-mêle le glamour et le politique, l'image et le pouvoir.
Un dessin signé Delambre dans le Parisien pour résumer le sentiment qu'inspire à beaucoup de vos éditorialistes le voyage en Egypte de Carla Bruni et de son ami Nicolas Sarkozy : "Quelqu'un m'a dit..." fredonne Carla Bruni guitare à la main sur fond de palmiers, et un Nicolas Sarkozy très bling bling ou très kéké, ajoute : "quelqu'un m'a dit que pour relancer une carrière il faut un bon imprésario"...

Vous êtes à nouveau en ligne