Présidentielle : le poids du FN et la chasse aux "voix baladeuses", le bilan du Véritomètre

la présidentielle : le poids du vote Le Pen, et les risques de la "chasse aux voix baladeuses" pour le second tour. Egalement au sommaire : une révolution pour la médecine cardiaque avec une nouvelle thérapie cellulaire.

A la Une : le vote FN et la "chasse" aux électeurs du Front national

Et c'est une onde de choc politique qui se propage à la Une de vos quotidiens. Ils s'interrogent presque tous ce matin d'une façon ou d'une autre sur le vote le Pen et son poids sur le second tour. Le titre du jour, c'est celui du gratuit metro sur le mode du clin d'oeil radiophonique, "Le Pen réveille la bande FN"... Ca pourrait aussi être le titre de l'Indépendant, "Pourquoi tant de FN". Le Courrier picard titre à la Une sur la Picardie championne du vote le Pen. Pour la Charente libre, c'est un vote qui dans la région a surtout traduit le cri des campagnes... "Jusqu'où grimpera le vote le Pen ?", c'est la question à la Une de la Voix du Nord.

Mais surtout ce que les quotidiens retiennent ce matin, c'est cette "chasse aux voix baladeuses" à la Une de Paris Normandie. Quelle stratégie pour séduire les voix du Front national, c'est la grande interrogation. Car comme le souligne Michel Urvoy dans Ouest France, c'est "Marine le Pen qui a supplanté François Bayrou dans le rôle du faiseur de roi".

Côté Hollande, le candidat souligne lui-même dans une interview dans Libération que c'est à lui de convaincre les électeurs du Front national, mais, redoutable équation, sans oublier ses électeurs de gauche...

Côté Sarkozy, le Figaro martèle à la Une que la droite y croit à nouveau pour le second tour. Mais François Ernenwein estime dans la Croix que le score élevé du FN et sa stratégie de la tension ont ouvert un piège redoutable sous les pieds du président sortant", un président "condamné souligne Didier Louis dans le Courrier picard à courir derrière le Front national après l'avoir ressuscité". Pari risqué souligne aussi Dominique Jung dans les Dernières Nouvelles d'Alsace.

Pour Paul Quinio dans Libération, le président sortant a choisi "une voie détestable" pendant sa campagne de premier tour, en faisant le choix de l'amalgame entre inquiétudes justifiées et angoisses fantasmées, entre préoccupations compréhensibles et discours indéfendables, des ingrédients mis dans le même shaker pour le plus grand profit de Marine le Pen.
Pour Patrick Apel-Muller dans l'Humanité aussi, Nicolas Sarkozy a ces dernières années conforté ou fortifié les arguments du Front national, et à la veille d'un second tour périlleux, il les a fait siens...

En attendant le second tour, on découvre écrit Jacques Camus que les deux finalistes se sont lancés dans une course effrénée et ridicule aux électeurs frontistes. C'est à qui de Sarkozy ou de Hollande dira le mieux comprendre la détresse des "oubliés". Cela dénote pour Jacques Camus une méconnaissance profonde des vraies raisons du vote Front national.

Marine le Pen quant à elle fera connaître sa position pour le second tour le 1er mai. Pour Yves Harté dans Sud Ouest, c'est ce jour-là que se jouera l'avenir public de Nicolas Sarkozy.

Le bilan du Véritomètre

Pendant la campagne électorale, nous vous avons très
souvent parlé de vérification des faits, de fact-checking, de journalisme de données...
Des pratiques journalistiques très présentes sur le Web. Et aujourd'hui, la
rédaction du site OWNI vous livre le bilan de son opération réalisée avec ITélé
: le Véritomètre 2012.

"Le 1er tour des
datas journalistes", c'est le titre de cet article à retrouver sur OWNI.fr

Les 5 journalistes du site
qui analysent et recoupent les données font le bilan de leur première partie de
campagne. Ils ont passé au peigne fin tous les chiffres donnés par les
candidats. Un total de 1.191 déclarations chiffrées des principaux candidats à
la présidentielle : François Bayrou, François Hollande, Eva Joly, Marine le
Pen, Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Sarkozy.

Premier enseignement : les
candidats ne prennent pas le même risque au niveau des données. Nicolas Sarkozy
est le plus prolixe en la matière avec 392 déclarations chiffrées, devant
François Bayrou et François Hollande, Eva Joly n'a au recours aux données que
107 fois dans ses prises de parole. OWNI précise que son équipe de journalistes
a vérifié entre 20 et 23 interventions par candidats.

Deuxième bilan : les candidats
se trompent souvent. 41.6% des déclarations chiffrées sont incorrectes, 18.6%
sont imprécises et seules 40% des données livrées pendant la campagne sont correctes.

A ce petit jeu, c'est
Marine le Pen qui se classe dernière, avec 28.8% de chiffres exacts, le premier,
c'est Jean-Luc Mélenchon. 48.8% de ses estimations chiffrées sont considérées
comme corrects par le Véritomètre, mais le patron du Front de Gauche est aussi
le plus imprécis, avec 20% de chiffres éloignés de 5% à 10% de la réalité.

En valeur, c'est Nicolas
Sarkozy qui donne le plus de données exactes et erronées à la fois.

Le bilan complet est à
consulter sur OWNI.fr, et dans l'entre-deux tours, la vérification continue
avec le Véritomètre et notre chronique hebdomadaire sur France Info, "Le vrai du faux", à écouter tous les samedis matins et à retrouver sur franceinfo.fr

Et puis un mea culpa dans la presse...

A lire dans le Point : le mea culpa électoral de Franz-Olivier Giesbert qui estime que sur plusieurs points le système médiatique s'est mis le doigt dans l'oeil avant le premier tour de la présidentielle.

La campagne était jugée ennuyeuse : idée démentie par la participation finalement importante... Marine le Pen faisait une mauvaise campagne, on n'ose imaginer écrit Giesbert ce qu'aurait été son score si sa campagne avait été bonne. Jean-Luc Mélenchon, chouchou des médias, était censé être la révélation des médias, une révélation pas cher payée, à seulement 11 pour cent.

Sarkozy lui était mort, il est toujours là, quant à Hollande, l'homme normal, ils ont été nombreux à ne pas comprendre une stratégie qui l'a placé en tête du premier tour.

Voilà pour ce mea culpa de Franz-Olivier Giesbert dans le Point, qui rejoint d'ailleurs ce que disait Guillaume Tabard hier dans les Echos sur l'aveuglement et le décalage entre les élites politiques et médiatiques et le "pays réel", décalage dont n'a pas fini de se régaler Marine le Pen.

Toujours en feuilletant la presse, tout autre chose, une révolution pour la médecine cardiaque...

C'est le Parisien et Aujourd'hui en France qui parlent de révolution en présentant cette nouvelle thérapie... Des chirurgiens parlent de "quelque chose de magique", et "d'avancée extraordinaire". Robert Malnati en sait quelque chose : il a aujourd'hui 77 ans. Il a été en 2007 l'un des tout premiers à bénéficier de cette nouvelle technique. En 1996, il avait été victime d'un premier infarctus, puis d'un deuxième dix ans plus tard. C'est alors qu'on lui propose de servir de cobaye pour une toute nouvelle thérapie cellulaire... Et aujourd'hui, il est en pleine forme.  

C'est là que les spécialistes commencent à dire qu'il y a "quelque chose de magique". Le professeur Hénon, qui travaille depuis plus d'un quart de siècle sur les cellules souches sanguines, notamment à Mulhouse, explique au Parisien que le sang est comme une soupe de populations cellulaires.

Le principe de cette nouvelle thérapie, c'est d'extraire dans cette soupe sanguine des cellules souches, des cellules prélevées directement dans le propre sang du malade, il suffit d'un prélèvement de 200 millilitres, ces cellules formeront le greffon qui sera ensuite réinjecté directement dans les tissus abîmés du muscle cardiaque. Et là miracle, le coeur se régénère.

Quarante ans après la première transplantation cardiaque, les spécialistes considèrent que c'est la première alternative sérieuse aux greffes. L'enjeu médical et humain, et même financier est immense : cette nouvelle thérapie doit permettre de redonner du souffle à 30 000 ou 35 000 cardiaques par an en France. Sans opération et avec une facture allégée de 75 pour cent. Quelque chose de magique, c'est surtout le résultat d'un quart de siècle de recherches et d'innovation.

Internet Hall Of Fame

Si le cinéma et le show business ont depuis longtemps leur
Walk of Fame sur les trottoirs d'Hollywood, Internet a depuis peu son Hall Of
Fame
. Un hommage aux créateurs et à ceux qui ont inspiré le Web. Là, pas de rue
à arpenter ou de musée à visiter, il vous suffit de cliquer...

... Cliquer pour découvrir
celles et ceux sans qui Internet ne serait peut être pas Internet.

Elles et ils sont souvent
totalement inconnus du grand public.

Elizabeth Feinler ou Jon
Postel
, des techniciens, des ingénieurs, des chercheurs qui ont travaillé sur
l'Arpanet, l'ancêtre d'Internet, ou qui ont inventé des choses étranges mais
essentielles comme les protocoles TCP/IP ou le DNS. Mais il y a aussi Linus
Torvalds
, l'inventeur du système d'exploitation ouvert Linux...  Une trentaine de visionnaires originaires de 9
pays.

Sur le site
Internethalloffame.org, qui sent encore le neuf, à peine déballé des cartons...
Vous trouverez aussi des news et des vidéos qui mettent en valeur le rôle
d'Internet dans notre vie.

Comme par exemple ce petit
documentaire réalisé sur le développement de l'apprentissage d'Internet chez
les seniors du quartier de Harlem à New York.

Melvin The Mini-Machine et Outer Space

Deux coups de cœur ce matin sur le Web, deux vidéos,
l'une vous emmène découvrir Saturne et Jupiter, l'autre vous fera sourire avec
un peu de magie dans une valise...

Et ces deux vidéos sont
signées par des Néerlandais, c'est un pur hasard. On commence avec Melvin
The Mini Machine
, du studio HeyHeyHey de Eindhoven.

Melvin The Mini Machine, c'est
une mini machine Rube Goldberg qui tient dans deux valises. Une machine Rube
Goldberg, ce sont ces dispositifs qui fonctionnent sur le principe de la
réaction en chaîne pour obtenir un résultat tout simple avec le plus d'étapes
techniquement compliquées et parfois totalement absurdes... Là, tout commence
avec un réveil pour finir par l'envoi d'une carte postale. Toute la magie réside dans le comment on y arrive, sachant que Melvin embarque
dans ses valises un mange disque, un nœud papillon, des billes, une pipe, une
boule de pétanque ou encore un livre xylophone...  C'est un vrai petit moment de magie et de
poésie mécanique, et le site dédié à Melvin vous explique pas à pas comment tout
fonctionne. Rendez-vous sur Melvinthemachine.com

Direction Saturne et
Jupiter maintenant. Avec une très belle vidéo signée Sander Van den Berg, un
réalisateur de la Haye aux Pays-Bas.

Sur une musique de The
Cinematic Orchestra
, il a monté le film Outer Space avec des archives photos et
vidéo de la NASA, accessibles depuis le site de l'agence spatiale américaine.
Des images des sondes Cassini et Voyager. Cassini lancée il y a 15 ans, pour
étudier Saturne, ses anneaux et ses lunes. Les sondes Voyager ont pour
mission d'explorer les planètes extérieures au système solaire.

Vous êtes à nouveau en ligne