Montagne sans flocons, Paris sans pub et Une vie de Simone Veil

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Et d'abord dans la presse la montagne qui touche du doigt la réalité du changement climatique...

Pendant que le Grenelle de l'environnement est au chevet de la planète à Paris, les responsables des stations de sport d'hiver se coltinent le réchauffement climatique presque au quotidien : la montagne réfléchit déjà à un avenir sans flocons titre le Parisien. Réchauffement, le mot inquiétant est à l'ordre du jour de l'association des élus de montagne aujourd'hui dans le Bas-Rhin, la montagne qui se réunit ça ne s'invente pas dans le ville de Plaine, dans le Bas-Rhin.
Question à l'approche de la nouvelle saison hivernale : que faire en montagne quand la neige n'y sera plus ?
Car en montagne on sait bien que le Grenelle ça n'est pas une blague, et que le réchauffement est une réalité : entre 2 et 5 degrés, c'est l'augmentation de température prévue sur les six massifs français, soit sur un quart du territoire, dans les vingt prochaines années.
Les principales victimes ce seront les stations de basse et moyenne montange, entre 800 et 1300 mètres.
Au total le Parisien rappelle que les sports d'hiver représentent 18 000 salariés et 6 milliards d'euros de recettes générées par l'ensemble des activités des stations.
Alors que faire pour sauver ce qui peut l'être si les flocons se mettent aux abonnés absents ?
Parmi les pistes évoquées par les élus, séduire les deux bouts de la chaîne des générations, les enfants d'abord, en remettant les classes de neige au goût du jour, et les seniors, au fort pouvoir d'achat, mais aussi tenter d'attirer davantage d'attirer la clientèle étrangère.

Toujours les soucis pour l'environnement, pour le paysage urbain cette fois, avec cette petite révolution parisienne...

C'est le Figaro qui lève ce gros lièvre : Paris déclare la guerre à la publicité, la capitale veut réduire de 60 pour cent le nombre des panneaux publicitaires dans les rues.
Consternation du côté des afficheurs qui ont gros à perdre dans l'affaire. Des zones entières seront interdites d'affichage, notamment Montmartre et tous les quais de Seine.
C'est la bataille de Paris dit le Figaro, qui parle d'un coup de massue pour les principaux afficheurs, les Decaux, Clear Channel et CBS Outdoor.
Explication donnée par le Figaro, les pros de la communication ont été sacrifiés sur l'autel des municipales de l'an prochain, la mairie aurait cédé aux pressions des associations et des Verts qui se font le relais des anti-pubs.

Une femme aussi à l'honneur dans les hebdos qui paraissent ce jeudi matin...

Peau de pêche et peau de vache, elle a mis ses yeux couleur d'orage... C'est une jeune fille de 80 ans écrit Agathe Logeart dans le Nouvel Observateur... Sa jeune fille de 80 ans, c'est Simone Veil qui publie ses mémoires, Une vie, chez Stock.
C'est la vie de la femme politique préférée des Français souligne le Point où elle se raconte aussi.
Et l'Express retrace également son parcours exceptionnel en publiant de larges extraits de ses mémoires.
Et en remarquant qu'elle a emprunté son titre à Maupassant, Une vie, ça c'est inexact dit l'Express, car sa vie n'en est pas simplement Une tant elle est exceptionnelle.
Elle se confie sur la déportation à Auschwitz, l'épisode tragique sur lequel elle a toujours gardé beaucoup de pudeur.-Elle décoche aussi quelques flèches aux principaux hommes politiques qu'elle a croisés dans sa longue carrière : Giscart, un talent fou, mais tellement préoccupé de lui-même, les couacs anti-sémites de Raymond Barre, ou encore François Bayrou, c'est pour lui qu'elle a les mots les plus durs, un intrigant, un opportuniste, un traître et un illuminé, le contraire de Nicolas Sarkozy, drôle, gentil, compétent, impressionnant... même si elle n'est pas toujours d'accord avec le président comme sur les tests ADN ou la lecture de la lettre de Guy Moquet...
Bref comme dit encore Agathe Logeart dans le Nouvel Observateur, une jeune fille de 80 ans qui a traversé le siècle, dont elle a connu tous les tourments et tous les espoirs... et qui qui n'a rien à perdre à tout dire aujourd'hui... C'est dans son livre, Une vie, chez Stock.

Vous êtes à nouveau en ligne