Les trouvailles du Passeur de Sciences

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les maires des petites villes lanceurs d'alerte face au chômage. L'histoire singulière du curé franc-maçon. Et le blog Passeur de Sciences

L'invité de l'Hyper revue de presse : Pierre Barthélémy qui tient le blog Passeur de Sciences sur lemonde.fr, avec des informations toujours étonnantes dans l'actualité des sciences et de l'environnement.

Une plongée dans la France des petites villes...
Et on reste avec Le Monde . Des petites villes où on ressent de plus en plus durement les effets de la
crise...

Le Monde est allé prendre le pouls de la France là où on l'entend battre
: c'était il y a quelques jours aux Assises des petites villes de France qui
réunissaient des centaines d'élus.

Et c'est un peu comme un appel à l'aide de la France d'en bas à la France d'en
haut qui résonne dans ce reportage d'Eric Nunès dans Le Monde . Ca se
résume par une interpellation venue du maire d'une petite ville. "Mais
qu'est-ce qu'ils foutent là-haut ?", voilà ce qu'on demande dans les rues
de sa ville à Alain Queffelec, mais PS de Guipavas dans le Finistère.
"Qu'est-ce qu'ils foutent" face aux ravages du chômage...

Ce que disent d'autres élus, c'est qu'il y a une "totale déconnexion entre
la réalité de la vie quotidienne et les débats politiques à Paris". Des
maires qui ont l'impression d'être au front, là où se mesure la part croissante
de la population qui souffre. Partout, les élus locaux ont les mêmes capteurs
pour mesurer la lente dégradation de l'état social de la France.

Un élu constate qu'au début du mandat de François Hollande, personne dans sa
commune ne venait réclamer l'aide sociale. Aujourd'hui, beaucoup n'ont pas
d'autre choix que de faire la démarche, pour payer la cantine des enfants ou
les activités périscolaires. Le même constat pour ces élus : une certaine
pudeur a longtemps masqué la profondeur du mal, mais désormais ceux qui n'osaient
pas sont de plus en plus nombreux à pousser la porte des services de la ville
pour demander des aides.

A Avallon dans l'Yonne, la mairie voit s'accumuler les factures d'eau et
d'électricité impayées. Là aussi, c'est toute une nouvelle frange de la population
qui s'en sortait difficilement mais qui se débrouillait seule qui a finalement
basculé. Ceux qui avaient encore un morceau de travail gardaient la tête hors
de l'eau, ils ont à leur tour été emportés. Là où il y avait 30 demandes
d'emploi par mois, il y en a maintenant 30 par semaine. Une perte d'emplois, le
décès d'un proche peuvent de plus en plus souvent signifier la chute dans la
précarité.

Face à cette situation, ces élus locaux racontent comment ils luttent avec les
moyens du bord contre les expulsions ou les coupures d'électricité, en
attribuant des aides alimentaires, en tentant des médiations. Un élu a mis à la
retraite les machines du service de propreté de sa commune : il a créé une
bourse annuelle de 12 000 heures de balayage accessible à tous. Une bouée de sauvetage.

Des bouts de ficelle face à la détresse grandissante que ces maires disent tous
constater dans leurs communes. A 9 mois des municipales, dans ces petites
villes qui souffrent, leur premier souci n'est pas politique. Leur premier
souci, c'est de sentir qu'après le temps de l'inquiétude vient le temps de la
colère, cette colère qu'ils sentent monter derrière cette interpellation
lancinante qu'ils entendent tous les jours : "Mais qu'est-ce qu'ils
foutent, là-haut !"

Toujours en feuilletant la presse, une histoire étonnante : celle d'un curé franc-maçon...

Une histoire singulière, et c'est à la Une de l'hebdomadaire La Vie ... Paul Vesin, curé de Megève, a été destitué par l'évêque d'Annecy et interdit de sacrements parce qu'il était membre d'une loge maçonnique. C'est l'histoire d'une vieille rivalité.

Pascal Vesin a 43 ans. Il officiait depuis 17 ans dans des paroisses de Haute-Savoie, mais depuis 2001, il avait un autre engagement : il avait rejoint une loge du Grand Orient de France, souvent considéré comme anti-clérical. Pour Pascal Vesin, la rivalité entre l'Eglise et la franc-maçonnerie date de la IIIème République et elle est aujourd'hui dépassée.

Ce n'est pas l'avis de tout le monde : après une dénonciation anonyme, il a été sanctionné par son évêque à la suite d'une décision prise à Rome. Pour l'Eglise, être prêtre et franc-maçon, c'est incompatible, l'appartenance à la franc-maçonnerie valant même autrefois l'excommunication immédiate.

Est-ce vraiment incompatible et pourquoi, explications à lire dans le dossier de La Vie . Une autre voix dans la presse chrétienne, celle de Témoigage chrétien , a tranché, en faveur du curé franc-maçon, et au nom de la liberté des uns et des autres : pour Témoignage chrétien , la sanction prise pendant la période de vacance au Vatican est le résultat d'une querelle de factions au sein de l'Eglise, une sanction "pathétique" que le Vatican doit annuler.

 

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne