Les "profils-fantômes" de Facebook ; l'ombre islamiste sur l'automne arabe

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La revue de presse et d'internet avec Jean-Christophe Martin... Facebook à nouveau mis en cause pour sa politique de confidentialité :
le réseau social serait particulièrement friand des données personnelles des internautes, peut-être un peu trop...

MARDI 25 OCTOBRE 2011

Vous avez un profil Facebook ? Vous n'en avez pas ? Pour le réseau social, c'est la même chose et c'est à lire sur lemonde.fr : votre vie est tellement passionnante que vous risquez d'être fiché... C'est ce qu'affirme un étudiant en droit autrichien qui a déclenché une bataille judiciaire contre le géant informatique. Cet étudiant, Max Schrems, accuse Facebook de conserver de très nombreuses informations qu'il avait publiées puis effacées sur le réseau social. Il s'en doutait, mais pour vérifier, il a fait jouer la législation européenne qui oblige Facebook à fournir à la demande une copie de l'ensemble des données personnelles d'un internaute.

Il l'a reçue sous forme d'un CD, quelque 1200 pages, avec toute son histoire personnelle sur Facebook, le moindre commentaire, les demandes d'amis, tout le détail de toutes ses discussions instantanées, etc... Et surtout il a retrouvé dans ce fichier les informations qu'il avait pourtant effacées, notamment des messages privés dont le contenu pourrait plus tard lui porter préjudice.

Facebook répond pour sa défense que c'est seulement pour des raisons techniques que ces données sont conservées et conteste par ailleurs leur caractère de données purement personnelles.

Donc Facebook conserverait bien des données effacées par les internautes, on s'en doutait un peu, mais il y a encore plus étonnant...

Beaucoup plus étonnant : en continuant son enquête, notre Sherlock Holmes de la Toile affirme avoir trouvé ce qu'il appelle des "profils fantômes"... Encore plus fort, selon lui Facebook ne se contente pas de garder les données effacées mais ramasse sur le Net quantité d'informations sur des personnes qui ne sont même pas inscrites sur le réseau et les utilise notamment pour personnaliser des courriels invitant les internautes à rejoindre Facebook.

Des données récupérées par exemple à l'occasion d'une synchronisation de téléphone ou de carnets d'adresse... Circonstance aggravante, ces données sont ensuite conservées aux Etats-Unis sans aucune garantie que les forces de l'ordre ne puissent y accéder.

Notre étudiant accuse donc Facebook de créer des profils détaillés de ses utilisateurs mais aussi des non-utilisateurs et bien sûr sans les prévenir. Une opération de fichage géant dans l'ombre de la Toile où plane aussi l'ombre d'un Big Brother informatique. Ca intéresse d'ailleurs la justice saisie dans plusieurs pays d'Europe dans plusieurs procédures sur les pratiques plus ou moins claires de Facebook en matière de vie privée. Enquête signée Damien Leloup sur lemonde.fr

Egalement à la une de la presse ce matin, la poussée des islamistes en Tunisie...

Le printemps arabe n'a-t-il été que le prélude à un automne islamiste ? C'est l'Est républicain qui pose la question, et l'ombre des islamistes plane à la une du Parisien et d'Aujourd'hui en France... Pour le Figaro les islamistes sont maîtres du jeu, pour Libération la Tunisie passe au vert, l'Humanité salue quand même l'élan civique des Tunisiens tandis que la Croix se demande plus largement ce que pèsera l'islam dans les révolutions arabes, en Tunisie, mais aussi en Egypte et en Libye.

Pour Pierre Rousselin dans le Figaro, la Tunisie, elle, est au milieu du gué, entre la fin de la dictature et la construction de la démocratie... La Tunisie qui doit montrer la voie, avant que l'Egypte et la Libye ne s'engagent à leur tour dans une traversée bien périlleuse...

Pour le Figaro, si la démocratie a une chance de s'installer dans le monde arabe, c'est en Tunisie qu'il lui faudra d'abord prendre racine. Comme l'écrit Patrick Fluckiger dans l'Alsace, les Tunisiens et tout particulièrement les Tunisiennes ne sont pas au bout de leurs peines.

=====================================================

9H17 : L’hyper revue de presse

Avec , et

A la une de la presse : l'automne islamiste après le printemps arabe, l'ogre Facebook toujours plus gourmand.


  • Invité de l'hyper revue de presse : Pierre Baron, le directeur de la rédaction du magazine Historia qui lance une nouvelle formule avec son numéro de novembre. A la une : "Hitler, comment on en est arrivé là", en complément du documentaire diffusé ce soir sur France 2 "Apocalypse Hitler". La suite de la série de documentaires sur la Deuxième guerre mondiale qui avait connu un gros succès il y a deux ans.

    Cette fois, les réalisateurs Isabelle Clarke et Daniel Costelle se lancent dans le récit de ce qui s'est passé avant la guerre, le récit de l'ascension de Hitler dans l'Allemagne des années 20 et 30... Comme dans les volets précédents de la série, on découvre une foule d'archives inédites, images et vidéo recolorisées. Passionnant dit Muriel Frat dans le Figaro, même si elle regrette le ton parfois inutilement mélodramatique et les commentaires un peu envahissants... Pour France Soir, formidable documentaire à ne rater sous aucun prétexte.

    Un autre son de cloche dans Libération, Isabelle Hanne n'a aimé ni la colorisation des images, ni la scénarisation à outrance, ni le montage sursignifiant... Libé qui reproche à ce documentaire d'aller piocher dans le passé d'Hitler pour expliquer ce qui allait arriver ensuite au risque d'être simpliste et caricatural. Pour Libération, le problème c'est que ce film présenté comme un documentaire n'est justement pas un documentaire, c'est du cinéma...


    L'actualité du Web

    Marjane Satrapi et Winshluss, les invités de Libération

    Le vote en Tunisie, et plus largement la situation dans les pays arabes, c'est aussi sur le site de Libération.

    Avec une vidéo de Libé Labo où Marjane Satrapi, invitée du journal parle de tous ces sujets en conférence de rédaction.

    kitd.html5loader("flash_kplayer_iLyROoaf2D2z");

    Marjane Satrapi, dont on a beaucoup parlé en Tunisie à l'occasion de la diffusion de son film "Persepolis" sur une chaîne de télé privée.

    Diffusion violemment critiquée par des islamistes tunisiens, à cause d'une représentation de Dieu sous les traits d'un vieillard, or l'Islam proscrit en principe toute représentation d'Allah.

    Invitée par la rédaction de Libé à l'occasion de la sortie de son nouveau film "Poulet aux prunes" réalisé avec Vincent Paronnaud, Marjane Satrapi évoque lors de la conférence de rédaction avec les journalistes le vote en Tunisie. Elle insiste sur le très bon niveau de la participation avec 70% de votants, et dit qu'il faut croire en l'élan tunisien.

    La bande annonce de "Poulet Aux Prunes"

Occupons Montréal

On connaît les Indignés en Europe, les manifestants d'Occupy Wall Street aux Etats-Unis.
Ce matin, sur le Web, on parle d'un autre mouvement de contestation : Occupons Montréal.

Tout a commencé le 15 octobre en plein cœur de Montréal, dans le quartier des affaires et à deux pas de la Bourse. Un slogan similaire à celui d'Occupy Wall Street "nous sommes les 99%".
Remise en cause du système financier et de l'écart qui se creuse entre les riches et les pauvres.

Vous trouverez sur le Web une série de reportages sur les Indignés de Montréal, comme sur le site de nos amis de Radio Canada ou sur la chaîne Occupons Montréal sur Youtube

Une révolution tranquille que vous pouvez également suivre sur les réseaux sociaux. La page Occupons Montreal sur Facebook qui annonce une manifestation vers la mairie à 19h00 heure locale, et sur Twitter, avec le mot clef #occuponsmontréal et sur

=====================================================

10H12 : En direct avec Capital

Avec Patrice Piquard, rédacteur en chef des hors série de Capital. A la une : "ce n'est pas la crise pour tout le monde : l'univers fou du luxe et des hyperriches".

Vous êtes à nouveau en ligne