La SNCF anti-Air France et la catastrophe écologique du pétrole des sables

AVEC D'ABORD DANS LE PARISIEN LA GUERRE COMMERCIALE entre le train et l'avion qui prend une nouvelle dimension...

Et c'est en fait le début des grandes manoeuvres avant le Grenelle de l'Environnement :
La SNCF prend la tête du lobby anti-Air France : c'est le titre du Parisien qui se penche sur le dossier.
La SNCF serait bien décidée à utiliser le Grenelle de l'Environnement comme une machine de guerre contre ses concurrents.

Le Parisien-Aujourd'hui en France raconte comment la présidente de la SNCF Anne-Marie Idrac pèse de tout son poids pour que le gouvernement taxe lourdement la voiture, les camions mais aussi l'avion.

Le Parisien s'est procuré un document qui sera présenté ce matin au conseil d'administration de la SNCF : et elle n'y va pas de main morte dit le journal, elle plaide pour que les transports aériens soient inclus dans le système des quotas d'émission de CO2... Si la mesure est adoptée, elle coûtera au moins 150 millions d'euros à Air France. Sans compter que la SNCF va aussi demander la fin de la détaxation du kérosène, ce qui pourrait signifier la fin de 340 millions d'euros d'économies annuelles pour Air France. Enfin dernière idée qui va faire bondir du côté d'Air France, faire payer une taxe sur les billets pour tous les passagers qui préfèrent l'avion quand il y a une ligne de TGV sur le même parcours : étendue à l'Europe, la mesure serait loin d'être négligeable, elle rapporterait 5 milliards d'euros par an.
Il ne reste plus qu'à trouver à quoi utiliser l'argent, la présidente de la SNCF qui ne manque d'imagination a aussi son idée, pourquoi pas aux grands projets ferroviaires, le train étant beaucoup moins polluant que l'avion...

Le Grenelle de l'Environnement qui se prépare est aussi à la Une du Monde, qui fait l'état des lieux des négociations, avec un grand portrait d'un Jean-Louis Borloo tout regonflé par son nouvel élan écologique après la mauvaise passe des derniers mois.

POUR ILLUSTRER les soucis pour l'environnement, Le Monde publie aussi un grand reportage de son envoyé spécial au Canada dans la province de l'Alberta... Là-Bas c'est la ruée vers l'or sale...

L'or sale, c'est la terre gorgée de pétrole raconte Hervé Kempf dans le Monde... La flambée des cours a transformé l'endroit en un nouvel Eldorado, l'exploitation intensive de ces sables gorgés de pétrole devient rentable quand le pétrole est cher.
Mais le Monde raconte la catastrophe écologique qui va avec : des sols épluchés au buldozer, des lacs d'eau polluée au milieu des immensités saccagées, des taches brunes et noires partout comme les tumeurs d'un cancer qui ronge le sol... Dans le sol des milliards de barils de pétrole, difficile à exploiter, parce qu'il imprègne les terres sableuses, mais la hausse du brut a transformé la citrouille boréale en carrosse énergétique dit encore le Monde.

Sur un seul des camions utilisés sur place, on transporte 400 tonnes de terre. Les excavatrices sont grosses comme des immeubles de quatre étages, au milieu d'un paysage de cauchemar...
Jusque là c'est juste un désastre local si on peut dire, mais le Monde raconte aussi que c'est une nouvelle industrie qui menace l'environnement mondial : sans parler de la déforestation et des ravages sur le paysage, la transformation du sable provoque des pluies acides, et l'énergie utilisée dégage des millions de tonnes de CO2, pour donner une idée plus que ce que dégage l'ensemble du parc automobile du Canada. L'impact, personne ne l'imagine clairement...

Et puis juste avant le Grenelle de l'Environnement, si vous voulez en savoir plus sur les menaces qui pèsent sur le climat, la Croix titre aussi ce matin sur les urgences climatiques pour la planète, avec dix exemples des dérèglements , des craintes de canicule en France jusqu'au Bangladesh inondé, en passant par l'Italie rattrapée par le Chikungunya... C'est toute la planète dit La Croix qui travaille sur le changement climatique.

ENFIN LOIN DE TOUT CA, la photo du petit nouveau de l'Olympique de Marseille à la Une de l'Equipe...

Vous l'avez entendu ce matin sur France Info, c'est l'information sportive de la nuit, après de très longues discussions c'est donc le Belge Eric Geretss, que l'OM a choisi pour succéder à Albert Emon au poste d'entraîneur.
Conclusion de l'Equipe : un entraîneur belge sur la Canebière, des années après un certain Goethals, cela rappelle de bons souvenirs aux supporters de l'OM...