La grève et le champignon

Dans la presse, la grève et le champignon...

Pendant que la grève qui s'annonce pour la mi-novembre s'étale déjà à la une des journaux, pendant que Libération pronostique un novembre pourri pour Sarkozy, pendant que le Figaro nous prévient que les syndicats espèrent déjà une apothéose avec une grève des transports qu'ils veulent faire durer au moins jusqu'au 20 novembre, le jour de l'autre grève annoncée, celle des fonctionnaires, pendant que le Parisien nous alerte sur le SOS des scientifiques face à la fonte accélérée de la banquise de l'Arctique, pendant que France Soir s'interroge sur les négociations en coulisse pour les aventuriers de l'Arche de Zoé au Tchad, pendant que le Monde s'interroge sur les 140 pour cent d'augmentation du président et sur l'Occident divisé sur les sanctions contre la Birmanie, pendant que le Times à Londres donne les résultats d'une étude pour vaincre le cancer : il faut rester mince et éviter la viande rouge, pendant ce temps un colloque qui va changer la face du monde se tient à Amsterdam.
Enfin changer au moins la face du monde littéraire : la fine fleur de la critique mondiale se réunit pour tenter de mieux pénétrer l'oeuvre de Michel Houellebecq...
C'est important il en va du rayonnement littéraire de la France et c'est Libération qui nous raconte ces trois jours d'interrogations existentielles et essentielles.
Jugez plutôt : au programme des conférences, deux thèmes parmi d'autres, le sexuellement correct chez Houellebecq, ou encore "du boudoir au sex-shop, l'écriture de la crise démocratique à travers la confrontation Sade-Houellebecq".

Pour illustrer l'article, la photo du maître sur le tournage de son roman, la Possibilité d'une île... Houellebecq au bord d'une piscine, visiblement en train de chercher l'inspiration, entouré d'une brochette de jolies sirènes en bikini, forcément ça aide pour l'inspiration.
Libération nous rappelle au passage qu'aux Pays-Bas aussi quand on sort des colloques littéraires on tombe en pleine tourmente sociale... Là-bas on ne manifestait pas la semaine dernière contre la réforme des régimes spéciaux, mais contre le projet d'interdire la vente de champignons hallucinogènes. A chacun ses soucis...

Pour finir, ce mot d'excuse aussi dans Libération...

C'est rarissime, une grosse coquille s'était glissée à la une de Libération hier, IUMM au lieu d'UIMM, l'Union des industries et des métiers de la métallurgie.
Et c'était en énormes caractères souligne Libération, qui conclut, plus c'est gros moins ça se voit... et oui Pan sur le bec comme on dit au Canard enchaîné, on n'avait pas remarqué non plus...

Vous êtes à nouveau en ligne