L'ADIEU AU MIME

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

UN ADIEU DANS LA PRESSE de ce lundi : l'adieu au magicien du silence, le mime Marceau...

Des mots, beaucoup de mots pour dire adieu à celui qui savait si bien s'en passer... Le mime Marceau mort ce week-end.
Son visage de Pierrot lunaire est à la Une du Figaro, de Libération, du Parisien-Aujourd'hui en France, de France Soir, de l'Humanité et de la Croix.

Le Parisien rappelle qu'il fut avec le commandant Cousteau le Français le plus connu au monde.
Curieux d'ailleurs de se dire que ces deux grands hommes ont tous les deux bâtis leur renommée sur le monde du silence, chacun le sien.

Le mime Marceau était un de ces hommes qui incarnait à sa façon le rayonnement de la France dans le monde, adulé à l'égal des rock stars aux Etats-Unis, au Japon et jusqu'en Amérique du Sud rappelle encore le Parisien qui n'oublie pas comme le Figaro que sa marche contre le vent avait même inspiré à Michael Jackson son fameux pas de danse, le Moonwalk.

Devenu le mime le plus célèbre de la planète grâce à Bip, son personnage fétiche, célébré comme l'égal de Charlie Chaplin et Buster Keaton aux Etats-Unis, vénéré au Japon, en Chine et en Russie, il semble étrangement note le Figaro avoir été plus reconnu à l'étranger qu'en France.

Une citation de Cocteau en guise d'épitaphe pour le Pierrot du 20ème siècle, à la une du Figaro : il entre chez nous sur ses pieds de voleur avec le terrible sans-gêne du clair de Lune...
Comme dit l'Humanité, il a rendu visible l'invisible, en créant son personnage, Bip, frère de Charlot, petit-fils de Pierrot.

TOUT AUTRE CHOSE AVEC CE CAFOUILLAGE à la Une du Parisien...

Le Parisien qui fait le point sur les heures sup, la loi sur la défiscalisation doit entrer en vigueur le 1er octobre, c'était l'une des mesures phares du programme de Nicolas Sarkozy, mais quel cafouillage dit le Parisien en constatant que le décret d'application n'est toujours pas paru... Les entreprises sont perdues et n'y comprennent rien, les directeur des ressources humaines s'arrachent les cheveux, les salariés sont inquiets, c'est la grande pagaille, dixit toujours le Parisien qui fait la liste des soucis : champ d'application encore flou, professions entières dans le brouillard, feuilles de paie de plus en plus obscures, et surtout une loi qui induit déjà de fortes inégalités entre salariés, notamment entre employés et cadres et entre salariés des petites et des grandes entreprises...

UNE PREMIERE AUSSI DANS LA PRESSE, la première Assemblée générale de l'ONU pour Nicolas Sarkozy...

Nicola Sarkozy en profite pour s'adresser aux Américains avec une interview dans le New York Times qui titre sur ce "Français pressé"... Dans le New York Times, il affirme notamment que les conditions d'un voyage à Téhéran ne sont pas remplies... Une mise au point après les propos de Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères s'était dit prêt à se rendre en Iran s'il était invité pour discuter du dossier nucléaire.

Nicolas Sarkozy qui se prononce aussi dans cette interview pour le renforcement des sanctions contre l'Iran pour l'empêcher d'avoir l'arme nucléaire, et en écartant le recours à la force... Il souligne qu'il ne veut pas entendre autre chose, encore une mise au point pour Bernard Kouchner qui lui avait évoqué l'hypothèse d'une guerre, ce qui avait provoqué un tollé...

Toujours à l'occasion du voyage de Nicolas Sarkozy à New York, Libération et le Parisien se demandent comment le monde juge Sarkozy... Libération propose un tour du monde de la Sarkolatrie et de la Sarkophobie, conclusion de Libé : Sarkozy irrite le Monde, à l'exception notable des Etats-Unis.

Le Parisien note que si les Anglo-Saxons apprécient le ton musclé du nouveau président, les pays fondateurs de l'Union européenne sont plus critiques, comme en Italie où on s'agace de la propension du président à tirer la couverture à lui, comme dans l'affaire des infirmières bulgares ou du traité simplifié...

Vous êtes à nouveau en ligne