"Je connais un violeur"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Lancé fin août, le Tumblr "Je connais un violeur" a recueilli plus de 250 témoignages spontanés de femmes et d'hommes.

Pauline, une jeune femme de 27 ans qui a mis en ligne ce Tumblr  explique avoir simplement voulu donne la parole à toutes les victimes de viols, pour briser le tabou et démonter un mythe : celui du portrait type du violeur. Les témoignages livrent donc à chaque fois un descriptif de l'agresseur, évidemment sans élements qui permettraient de l'identifier nommément mais avec suffisamment de détails pour que l'on se rende compte qu'il y a autant de profils que de violeurs : un père, un oncle, un camarade de classe, un copain d'un soir.

Cela donne des posts plus ou moins longs... Tous marquants.

"J'avais 19 ans, j'étais sortie avec lui pendant 2 ans. Après que je l'ai quitté il a commencé à me suivre, et a trouvé un prétexte bidon pour que je vienne chez lui. Je me sentais forte, je pouvais l'affronter et lui dire d'arrêter ce harcèlement. Sauf que non, il avait tout prémédité dans l'appartement où il vivait maintenant avec sa nouvelle copine, il m'a violé sur leur lit. J'ai pourtant essayer de me défendre. 1m65 contre 1m85. Je ne faisais pas le poids. "

"Je veux inviter les femmes à quitter le déni et la culpabilité qui les tiennent ", explique Pauline, la créatrice de ce tumblr qui se dit étonnée de la multitude de récits détaillées de femmes - et d'hommes aussi - qu'elle reçoit.

Dans l'intitulé du blog, on lit ceci : "Ils étaient nos amis, nos partenaires, des membres de notre famille ou de notre entourage. Nous connaissons des violeurs : laissez-nous vous les présenter ".

Je connais un violeur

Images du jour

Marie Pierre Subtil, rédactrice en chef du magazine 6 mois nous emmène en Afrique du sud, à la découverte de cette nouvelle jeunesse blig-bling de Soweto.

Une invasion de crickets en Oklahoma

 

 

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne