Grève, banquise fondue et les filles du garage

Les journaux de ce matin reviennent largement sur l'actualité sociale... et sur la grève de la mi-novembre...

Si tous les mouvements sociaux annoncés ont lieu, ce sera Halloween tous les jours dans deux semaines pronostique Bernard Revel dans l'Indépendant du Midi. Il y a blocage et apparemment le gouvernement n'est pas en mesure de le lever disent aussi les Dernières nouvelles d'Alsace qui donnent leur explication : dans la France du bling-bling qui étale la bonne fortune des uns, les reproches sur les petits privilèges des autres paraissent tellement disproportionnés surtout quand pleuvent les stock-options qui se comptent en millions, sans parler du train de vie de l'Etat et de ses élus.
La grève qui s'annonce pour la mi-novembre est aussi à la une du Figaro, qui est allé en coulisses et qui croit connaître le rêve syndical : faire durer la grève du 14 au moins jusqu'au 20 novembre pour finir en apothéose avec l'autre grève annoncée, celle des fonctionnaires prévue le 20. Libération annonce aussi à la Une un novembre pourri pour Sarkozy, avec un climat social déjà dégradé qui risque de tourner à l'orage.

Un cri d'alarme aussi dans le Parisien...

Au chevet de la planète : c'est le SOS des scientifiques titre à la Une le Parisien-Aujourd'hui en France, la fonte de la banquise va tout changer.
Le cri d'alarme vient des chercheurs de l'expédition Tara, partis depuis un an au pôle nord, une expédition que vous pouvez suivre régulièrement sur France Info.
Tara c'est ce bateau volontairement pris dans les glaces et qui se laisse dériver à travers l'Arctique.
Et ces chercheurs font un constat accablant : la fonte de la banquise a été tellement spectaculaire qu'ils dérivent trois fois plus vite que prévu, à tel point qu'ils auront traversé l'Arctique avec huit mois d'avance sur les prévisions. Ils pourront passer Noël en famille, bonne nouvelle pour eux, très mauvaise nouvelle pour le climat.
Car ils craignent que la banquise arctique disparaisse pendant l'été d'ici seulement dix ans, un phénomène qui aurait des conséquences catastrophiques... A l'extrême, si toute la glace du Groenland disparaît, on peut tabler sur une hausse de 7 mètres du niveau des mers du globe, avec des côtes inondées un peu partout.
C'est aussi l'afflux d'eau douce dans l'océan qui va changer le climat, avec la multiplication des tempêtes et des périodes de sécheresses, de canicule et d'inondations nous dit encore l'un des scientifiques interrogés dans le Parisien.

Une belle aventure humaine aussi, l'histoire d'une bande de filles...

C'est dans la Vie, l'hebdomadaire chrétien d'actualité, qui nous raconte cette semaine comment Elles roulent des mécaniques, c'est le titre de l'article. A Narbonne, une quinzaine de filles s'apprêtent à ouvrir un garage automobile.
Une avancée plutôt inédite dans un univers réputé macho dit la Vie, il a fallu tordre le cou aux idées reçues.
Résultat : dans l'atelier, ça cliquette, ça frappe, ça crisse, dans l'air une tenace odeur de cambouis, d'huile et d'essence, mais en plus s'y mêlent curieusement des effluves sucrés de parfums vanillés... beaucoup moins caractéristiques des ateliers de mécanique... c'est le début du reportage dans cet atelier tout au féminin où on voit les belles en bleu de travail plonger leurs mains aux ongles vernis dans les entrailles des moteurs poisseux de graisse.
15 filles pour un projet hors du commun : ouvrir un garage sans garçons.

Ce sera pour l'an prochain, dès qu'elles auront leur CAP en poche, car pour l'instant elles terminent leur formation. Mais tout est prêt, financement compris, pour l'ouverture de ce garage...
L'occasion de rappeler que trop souvent en France on fait de l'orientation par défaut... Rien à voir ici, la motivation a été l'un des critères essentiels pour les futures filles du garage.
Et elles ne vont pas en rester là : l'objectif est de lancer sur toutes la France un réseau de garages filialisés où les femmes seront majoritaires dans le personnel.

Et pour finir un anniversaire dans la presse...

Le mensuel de vulgarisation scientifique Sciences et Avenir fête ses 60 ans avec 60 savants qui répondent à 60 grandes questions : avec le réchauffement climatique justement, à quoi ressemblera la Terre demain, va-t-on guérir le cancer, l'Alzeihmer est-il inéluctable, ou des questions vertigineuses du genre le temps existe-t-il, le vide est-il vide, l'amour rend-il intelligent ou encore c'est d'actualité pour le week-end de la Toussaint, à quoi sert la mort, avec les réponses des plus grands scientifiques contemporains dans Sciences et Avenir de novembre.

Vous êtes à nouveau en ligne