Combats à Bangui, inquiétudes à Paris

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tour d'horizon très international, ce jeudi matin : la presse s'inquiète de la tournure prise par le conflit en Centrafrique, évoque le peu d'inscription sur liste électorale, et nous emmène en Chine où Mao est né il y a exactement 120 ans. 

Des soldats français à la Une du Figaro et de Libération ce matin. Les deux quotidiens nationaux mettent en avant les risques de l'opération Sangaris dans un contexte de plus en plus instable en Centrafrique, notamment dans la capitale Bangui.

"Chaos ", "piège ", la situation s'envenime dans une ville "pleine d'armes et de haine ". Des violences qui annoncent des "lendemains qui déchantent pour la France comme pour les centrafricains ".

►►► A LIRE SUR FRANCE INFO | Centrafrique : réveillon de Noël sous couvre-feu à Bangui

La SNCF à Las Vegas

La Croix de son côté s'arrête sur le pari de grands groupes français de transport : le marché des déplacements collectifs aux Etats-Unis . Il est en plein développement, et les sociétés tricolores tirent leur épingle du jeu. Depuis juillet, la filiale de la SNCF, Keolis , exploite la ligne de bus desservant les casinos de Las Vegas.

C'est la plus fréquentée du pays, avec 14 millions de passagers par an . Autres marchés dans le viseur de Veolia notamment : les transports scolaires (et leurs célèbres school bus jaunes) ou le développement du tramway.

120e anniversaire de la naissance de Mao

De l'autre côté du globe, la Chine célèbre en ce 26 décembre le 120ème anniversaire de la naissance de Mao . Un budget de deux milliards d'euros (!) a été débloqué pour les festivités, mais le sujet reste sensible car les Chinois sont divisés sur l'héritage du Grand Timonier .

"Vénéré comme un Dieu " ou "tyran responsable de la mort de millions de chinois ", les avis sont opposés et comme l'indique Le Figaro , le régime de Pékin manie la question avec beaucoup de prudence.

Troubles de l'élection ? 

Et puis "3 millions de non-inscrits ! ", c'est le chiffre qui s'étale à la Une de L'Humanité. Il correspond aux nombres de citoyens qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales pour les municipales et les européennes du printemps, soit 7% du corps électoral .

Avant la date limite du 31 décembre, les municipalités multiplient les initiatives, avec passage de bus civiques ou campagnes de com' parfois originales. La palme pour Dijon qui parodie les campagnes contre l'impuissance : "troubles de l'élection? ça se soigne... ".

Vous êtes à nouveau en ligne