Cocaïne, plutonium et CO2

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

DE LA COCAINE AU PLUTONIUM : la mafia est en train de s'attaquer à des nouveaux marchés...

L'histoire étonnante est dans le Guardian de Londres, on savait déjà que la mafia, la pieuvre, s'intéressait à tout ce qui passe à portée de ses tentacules, mais là elle est en train de passer au stade militaro-industriel : comme l'Irak de Saddam, l'Iran ou la Corée du Nord, l'une des mafia italiennes, la N'drangheta, est désormais soupçonnée de trafic de déchets nucléaires et même d'essayer de produire du plutonium. La N'drangheta a toujours suivi les évolutions du marché du crime : elle s'est fait connaître à ses débuts comme LE spécialiste des enlèvements avec demande de rançon à la clef, elle est devenue ensuite le champion des importateurs de cocaïne en cheville avec les cartels de la drogue colombien.
Mais comme dit le Guardian, si les soupçons sur le trafic nucléaire se vérifient, elle change de catégorie pour monter dans la première Ligue du crime.
L'enquête en cours en Italie est en train de reconstituer un scénario qui en dit long et pas seulement sur la mafia : toujours selon le Guardian, on apprend au passage que les Etats se comportent comme la mafia, avec des pratiques de voyous : Enea, l'agence italienne de l'énergie, aurait cherché à se débarasser de 600 fûts de fûts déchets radio-actifs, une sorte de sous-traitance pour la Suisse, l'Italie, l'Allemagne, les Etats-Unis et la France...
Et comme les déchets radio-actifs, on ne sait pas quoi en faire apparemment, c'est la N'drangheta qui aurait été chargée en toute illégalité de se débarasser discrètement de cet encombrant chargement. Destination : l'Afrique et plus spécialement la Somalie.
Mais une centaine de fûts auraient été détournés. Où sont-ils ? personne ne le sait... Détail croustillant si on peut dire : les mafieux qui ont des pudeurs de demoiselle auraient dans un premier temps renoncé à enterrer les déchets en Calabre pour ne pas polluer leur terre natale et aussi parce que raconte toujours le Guardian, il y avait déjà trop de victimes kidnappées dans les grottes où elles sont séquestrées.

ET PUIS CE MATIN DANS LA PRESSE un pavé dans la mare écologique...

Alors que le Grenelle de l'Environnement affiche ses grandes ambitions pour la planète, la Tribune de ce matin révèle les grandes lignes d'un rapport qui va faire retomber sur terre les défenseurs de la planète : c'est le rapport Syrotra qui sera remis cette semaine au gouvernement.
Il ne fait pas dans la dentelle : selon ses conclusions, les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre sont tout simplement fantaisistes... La ligne officielle c'est le facteur 4, la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. Tout simplement pas possible dit le rapport, au mieux on arrivera à diviser par deux voire un peu plus et ce serait déjà une performance. Comme dit la Tribune, c'est le rapport qui va sonner la fin de l'angélisme écologique. De quoi alimenter les tables rondes du Grenelle de l'Environnement.

EGALEMENT DANS LA PRESSE : le vrai gouvernement Sarkozy...

C'est dans Libération, et Laurent Joffrin le patron nous l'a déjà souvent dit sur France Info, il revient à la charge : c'est une étrange aventure institutionnelle qui se déroule sous nos yeux dit-il, sans que personne sauf lui s'en émeuve : on a changé de régime.
Explication : derrière l'équipe officielle, il y aurait un gouvernement bis, l'autre gouvernement, le vrai, celui qui décide de tout, composé des principaux conseillers du président, de Claude Guéant à Henri Guaino ou Georges-Marc Benamou.
Autre chose dans le Figaro, que veulent les Français, réponse à la une, plus de discipline à l'école. C'est le résultat d'un sondage selon lequel les trois quarts des parents considèrent que le manque d'autorité est l'un des problèmes majeurs de l'enseignement.
On apprend aussi ce matin dans le Parisien-Aujourd'hui en France, que la stratégie d'ouverture du président reste populaire : encore un sondage, 62 pour cent ces Français favorables à l'ouverture, n'en déplaise aux députés UMP qui voient les ministères leur échapper et n'en déplaise aux socialistes qui se demandent encore où va s'arrêter l'hémorragie. En marge de l'ouverture, cette info aussi dans le Parisien, le groupe nucléaire Areva vient d'embaucher l'ancien président de SOS-Racisme, Fodé Sylla, il était déjà chargé de mission, il sera désormais chargé de lancer des programmes de développement et de formation en Afrique.

Vous êtes à nouveau en ligne