Borloo et l'ivresse du pouvoir, la thérapie par la bière, les mots du jargon

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

LUNDI 3 OCTOBRE 2011

=========================

7H21 : Borloo et l'ivresse du pouvoir, la thérapie par la bière, les mots du jargon

La revue de presse avec Jean-Christophe Martin... Jean-Louis Borloo a donc annoncé hier soir qu'il ne sera pas candidat à la présidentielle... Pourquoi, on trouve une explication ce matin dans la presse...

Explication donnée non pas dans les pages politiques, mais dans les pages santé du Figaro avec une étude sur la naissance de l'ivresse du pouvoir... Pourquoi chez les politiques ou dans l'entreprise certains ont cette obsession du pouvoir et d'autres non... Pour comprendre, des chercheurs ont interrogé 2500 cadres dirigeants.

Il en ressort deux grandes catégories de leaders : d'un côté, les contrôleurs, ceux qui veulent à tout prix imposer leur vision. De l'autre, les affectifs, ou les séducteurs, ceux qui ne veulent rien imposer, mais qui ont ce talent très spécial de donner l'envie à tout le monde de les suivre presque naturellement...

Et puis il y a les autres, ceux qui sont au bord du pouvoir, mais qui n'en veulent pas... Pour illustrer cette catégorie, Pascale Senk évoque dans le Figaro Santé le pape démissionnaire dans Habemus Papam, le film de Nanni Moretti... Jean-Louis Borloo hier soir, c'était un peu ce pape qui refuse d'être pape...

Une catégorie très spéciale que les chercheurs cités dans le Figaro surnomment les électrons libres, ceux qui refusent le pouvoir avant tout pour rester libres. Le paradoxe évoqué par ces chercheurs, c'est que les autres, ceux qui cherchent le pouvoir, le font exactement pour la même raison, eux aussi c'est pour rester libres, pour garantir leur propre liberté par le pouvoir...

Et pour en revenir à la politique, hier soir, en retirant sa non-candidature, Jean-Louis Borloo a d'abord préservé sa liberté et son indépendance, c'est ce que souligne par exemple Pascal Jalabert dans le Progrès...

La presse revient encore ce matin sur le match perdu du XV tricolore samedi dans le Mondial de rugby...

Les rugbymen français sont quand même qualifiés pour les quarts de finale, mais dans la douleur et même dans "la honte", le mot est à la une de Midi Olympique qui décrit une équipe de morts-vivants... Des morts face au Tonga que Midi Olympique aimerait bien retrouver vivants pour le quart de finale contre l'Angleterre samedi.

Ce jour-là, on saura si les Bleus sont motivés ou pas par l'ivresse du pouvoir... En attendant, avant l'ivresse, la soif... L'Equipe nous raconte comment les Bleus ont tenté de trouver un remède à leurs défaillances... Résultat, la thérapie par la bière, ce que l'Equipe appelle encore un sérieux débriefing au houblon. Ils se sont enfermés pendant trois heures avec l'entraîneur Marc Lièvremont et avec des bières, des packs de bière pour ranimer le pack tricolore, des demis pour préparer le quart comme dit le Parisien, il suffisait d'y penser... on verra le résultat samedi...

Et puis si le jargon d'entreprise vous intrigue, Libération fait la traduction...

Un jargon qui inspire plusieurs livres récents... Le dictionnaire ce matin dans Libération avec ces expressions drôles ou horripilantes qui contaminent de plus en plus les conversations privées... par exemple, on cascade un mail, on peut aussi acter qu'on est short en pain, alors on va à la boulangerie... on checke à tout va, on performe avant la deadline, au lieu de se mettre à la peinture, on initialise la peinture du couloir...

on peut passer en mode projet, on peut être pro-actif ou déceptif, et si on pratique le wording, on fait attention au choix des mots : alors au lieu d'exclure, on blackliste, au lieu de trouver tout ça incompréhensible, on va dire que c'est confusant... il y a aussi le cas du mot urbaniser, urbaniser un tableau, c'est le rendre plus lisible, mais avec un colocataire, quand c'est le bazar dans la cave, il est temps d'urbaniser les caisses de pinard...

Pourquoi des tous ces mots souvent ronflants dans le jargon d'entreprise ? La réponse est cruelle pour les accros : c'est pour cacher le vide, et pour entretenir l'illusion de l'efficacité... Il est grand temps d'urbaniser notre vocabulaire.

=====================================================

9H17 : L’hyper revue de presse

Avec , Anne-Elisabeth Lemoine et Jean Leymarie

Au sommaire dans la presse : Borloo le non-candidat, la thérapie à la bière du XV de France, l'envahissant jargon d'entreprise.

La chronique d'Anne-Elisabeth Lemoine : quand on tombe amoureux
de son smartphone...

Invité de l'hyper revue de presse : le réalisateur Serge Moati, pour sa série documentaire sur la campagne pour la présidentielle. Ce soir sur France 3, le premier épisode, pour entrer dans les coulisses de la campagne.

=====================================================

10H12 : En direct avec le Courrier picard

Avec Jean-Marc Chevauché, chef des informations générales et régionales du Courrier picard... A la une ce matin ce grand titre : "l'hippodrome vendu au galop", c'est le retour de l'affaire Woerth, l'affaire de l'hippodrome... Le Courrier picard apporte de nouvelles pièces au dossier, en affirmant que l'ancien ministre du Budget avait bien été prévenu que la vente de l'hippodrome par l'Etat se déroulait dans des conditions anormales.

Vous êtes à nouveau en ligne