Appel à l'aide et trou de la Sécu

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

AVEC D'ABORD UN APPEL A L'AIDE

Oui un véritable appel à l'aide dit le Figaro et même un cri d'alarme : à la veille de leur congrès national, les pompiers dénoncent les tensions avec le SAMU. Ils estiment que le système de secours est à bout de souffle à cause d'une mauvaise organisation.

Demain, à l'occasion du congrès qui se tient à Clermont-Ferrand, la Fédération nationale des sapeurs-pompiers va dresser un bilan plutôt inquiétant pour décrire une situation au bord de la rupture.
Sur la sellette, la régulation médicale effectuée par le numéro d'appel des urgences, le 15...
Toujours selon les pompiers, un temps d'attente trop long à la fois pour avoir une réponse et ensuite pour désigner l'intervenant, médecins, pompiers, Samu, Smur ou ambulances privées.-
Et les pompiers se plaignent d'être jugés responsables des retards dans les interventions alors qu'ils estiment qu'ils n'y sont pour rien... Quelques exemples à la clé, comme cette vieille dame qui attend les secours pendant près d'une heure après une fracture du col du fémur...
D'ailleurs un signe que le système fonctionne mal : le Figaro souligne que les victimes sont de plus en plus nombreuses à porter plainte pour défaut de prise en charge.
Et les pompiers vont dire demain qu'ils en ont marre d'être les boucs émissaires.
Mais ils refusent dans le même temps de parler d'une guéguerre entre les rouges et les blancs. La réponse est déjà venue du côté du SAMU : on ne partage pas le pessimisme des pompiers, un orage dans un ciel serein selon le président de SAMU de France également cité dans le Figaro.

EGALEMENT DANS LA PRESSE le trou de la Sécu...

C'est devenu ce qu'on appelle dans la presse un marronier : c'est rituel, la question se repose à chaque rentrée, le trou de la Sécu est immuable dit la Montagne à Clermont-Ferrand, qui note aussi que personne ne se fait d'illusions, il va falloir payer avec la crainte que ce premier cran à la ceinture ne soit annonciateur d'autres factures.
Ce que le Progrès résume autrement : avec l'histoire du Sapeur Camenber, qui creusait un trou pour enfouir la terre d'un premier trou... avec le conseil avisé de son sergent : faire un trou plus profond, pour y mettre la terre des deux premiers trous... Comme nos gouvernements dit encore le Progrès, chaque automne, ils réinventent la pelle à ramasser des sous.

Pour Libération, le projet de financement de la Sécu présenté hier c'est un faux plan qui repose sur des expédients pour gérer l'urgence, les vrais changements, ce sera pour l'an prochain, et Libé évoque une piste, tout semble dire que l'Etat réfléchit à un financement de la Sécu par l'impôt au lieu des cotisations salariales. En tout cas, le réveil sera douloureux prédit Libération et ce sera pour dans quelques mois, sans doute après les municipales...

La Tribune confirme que les vrais remèdes attendront l'an prochain.
Confirmation dans le Parisien-Aujourd'hui en France qui nous prévient, Français, on va vous demander un effort pour faire face aux déficits, à la dette, au financement des retraites, de la fonction publique et de la Sécu.
Bref le gouvernement sera contraint à la rigueur dit le Parisien. Qui trouvera le remède miracle se demande France Soir ? Enfin pour le Figaro, l'Etat et la Sécu doivent réduire leurs dépenses, mais le gouvernement hésiterait toujours entre relance et rigueur.

A LA UNE DE LA PRESSE ANGLO-SAXONNE maintenant : la visite aux Etats-Unis du président iranien...

Une visite qui fascine et qui fait polémique :

A Londres, le Guardian titre sur deux de ses déclarations-choc hier à New York, l'Iran ne veut pas la bombe, et pas d'homosexuels en Iran, pas un seul selon le président iranien.
Le Washington Post retient que le président iranien Ahrmani-nejad a de nouveau condamné l'ambition américaine de diriger le monde.

Le New York Times revient largement sur la conférence très contestée qu'il a donnée à l'université de Columbia, un rendez-vous marqué par des manifestations d'opposants, mais le New York Times note aussi que les places pour cette conférence s'étaient arrachés sur Internet presque aussi vite que des billets pour un concert de Bruce Springsteen...

Vous êtes à nouveau en ligne