Anxiolytiques et Alzheimer. La "fantaisie" des 3%

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Des médicaments sur la sellette : des anxiolytiques qui accroissent le risque d'une démence de type Alzheimer. Et si la règle des 3% était fantaisiste ? Le Parisien et Aujourd'hui en France racontent comment la règle d'airain du budget est née sur un coin de table, bricolée par des "experts" de la Direction du Budget, en 1981, à la demande de François Mitterrand.

 

Au sommaire :

 - Des anxiolytiques peuvent accroître le risque d'Alzheimer : Libération dévoile les conclusions d'une étude plus qu'inquiétante co-dirigée par un Français, le professeur Bégaud, et publiée dans une prestigieuse revue spécialisée.

  - Toujours au chapitre de la santé, une autre enquête qui se lit comme un roman et cette fois c'est le Tamiflu qui est sur la sellette : "Les secrets d'un lobbying à 10 milliards" , à lire dans le magazine Lyon Capitale à paraître demain.

 - En feuilletant la presse ce matin, on trouve aussi l'incroyable histoire des "3%" , la fameuse règle budgétaire qui occupe encore ce matin la Une des journaux. "Et si la règle des 3 pour cent était fantaisiste ?" , c'est la Une du Parisien et d'Aujourd'hui en France. On y apprend que le chiffre des 3 pour cent est né sur un coin de table un soir de juin 1981. C'est "monsieur 3 pour cent" en personne qui explique l'affaire dans le Parisien : il s'appelle Guy Abeille, c'était à l'époque un économiste de la direction du Budget.

 - La chronique de Jérôme Bouvier , le médiateur de Radio France : comment parler aux enfants de sujets sensibles, comme le mariage entre deux personnes du même sexe ou l'islam, avec les explications de Gilles Halais qui anime la chronique France Info Junior, avec les questions des enfants sur l'actualité. A écouter le samedi et à retrouver sur franceinfo.fr.

 

Vous êtes à nouveau en ligne