Histoires gourmandes. Le raisin

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les vendanges commencent en cette fin d’été pour le vin bien sûr et aussi pour le raisin de table. Il y en a déjà sur les étals des marchés selon les régions et les variétés.

La France, pays de vin et de raisin. Cela n’a pas toujours été le cas, à en croire cet élu, dans les années 1950 : "Je trouve vraiment inouï que la France, premier pays viticole au monde, soit un des derniers en ce qui concerne la production de raisin. Aussi bien le raisin de table que le raisin sec...."

Heureusement, ce n’est plus le cas aujourd'hui, le raisin envahit les étals. Pour le croquer en dessert, le glisser dans une salade, accompagner un fromage, adoucir une viande, confectionner des confitures, ou pour boire en jus. Les variétés ne manquent pas, à commencer par les raisins noirs comme le muscat de Hambourg ou l'alphonse-lavallée avec de gros grains noirs. Dans les variétés blanches, il existe l'italia ou encore le chasselas qui a une peau très fine et qui est très sucré. Et qui a des tous petits grains qui plaisent aux enfants.

Le raisin cru se suffit à lui-même, mais on peut aussi le cuire, pourquoi pas en tarte. Je vous propose une recette en fin de rubrique où vous aurez à préparer la pâte de votre tarte vous-même.

Signe de chance et de prospérité en Espagne

Les premiers raisins arrivent en ce moment sur les tables, les derniers traîneront jusqu’à l’arrière-saison automnale. Les Espagnols le gardent même jusqu’au Nouvel An. À minuit, le 31 décembre, ils attendent les douze coups de cloches, douze grains de raisin au creux de la main. On mange le premier grain au premier coup. Et ensuite, c'est un grain toutes les trois secondes. Chance et prospérité sont garanties pour ceux qui réussiront à garder le rythme jusqu'au bout.

Raisins de l’espérance donc, du bonheur d’une nouvelle année. Parfois Raisins de la colère, tout le monde se souvient du livre de Steinbeck, histoire terrible située lors de la Grande Dépression aux USA (crise des années 1930), qui reste toujours d’actualité. Un roman porté à l’écran par John Ford avec Henry Fonda et Jane Darwell dans les rôles principaux dont voici la bande annonce originale.

Raisin mis aussi en chanson, de fort belle manière, en parabole de la vie, par Marie-Paule Belle : "Grappe de raisins, grains serrés, vous vous détachez car la vie a plus d'un été... grappe de raisins, nous étions copains..."

Ingrédients pour six :

500 g de raisin blanc, 200 g de farine, 100 g de beurre, 50 g de de semoule, 1 pincée de sel fin, 1 gousse de vanille, 3 dl de lait, 1 dl de crème liquide, 30 g de sucre, une cuillère de sucre cassonade.

Préparation :

Préparer la pâte la veille. Mettre le beurre à température et mélanger avec la farine, pour obtenir une matière comme du sable. Ajouter le sucre, et à la fin seulement incorporer l’œuf. Mettre dans le moule et laisser reposer au réfrigérateur.

Le jour même, précuire la pâte à 180°C pendant 15 minutes (avec un papier sulfurisé et des haricots secs ou des lentilles pour l’empêcher de lever).

Pendant ce temps, mélanger le lait, la crème fraiche, le sucre et la vanille.

Laver les raisins.

Sortir la pâte du four, enlever le papier. Disposer les raisins et verser la crème liquide. Remettre à cuire pendant 25 minutes à 180°C. Pour les 5 dernières minutes de cuisson, saupoudrer de sucre cassonade pour caraméliser le dessus.

Vous êtes à nouveau en ligne