Quand Manuel Valls fait dire à Marianne ce qu'elle ne dit pas

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

A Colomiers lundi soir, Manuel Valls, le premier Ministre a tenté de faire dire à Marianne une chose qu'elle n'a jamais vraiment dite. Petite leçon d'histoire. 

A la tribune, Manuel Valls quitte un instant son texte et se lance dans une partie improvisée... "Sur la place des femmes nous ne pouvons transiger. Marianne, le symbole de la République, elle a le sein nu parce qu'elle nourrit le peuple, elle n'est pas voilée parce qu'elle est libre ! C'est ça la République ! C'est ça Marianne !"

Voilà qui est une conception très particulière de Marianne. Rappelons en effet que Marianne n’est pas un symbole de la femme mais celui de la République. C’est ce qu’on appelle une allégorie. C’est-à-dire la personnification d’une idée.

Le choix d’une femme tient au genre du mot

On parle de "la" République, mais il y a aussi de l’idée d’un régime qui, à l’image d’une mère, protège et nourrit ses enfants. On est loin du symbole de libération de la femme suggéré par le Premier ministre, d’autant que personne ou presque au 19e siècle, quand s’enracine la figure de Marianne, ne songe par exemple à l’émanciper de la tutelle masculine ou à lui donner le droit de vote.

Cette Marianne aux seins nus dépeinte par Manuel Valls n’est pas non plus la règle. En 1848, quelques semaines après la proclamation de la deuxième République, après un sommeil républicain de plus de 40 ans, le gouvernement provisoire lance un concours de Marianne. Et là, deux Marianne s’opposent, celle symbolisant une république bourgeoise et libérale, qui est sage et habillée, et une République sociale, plus véhémente, le bras est souvent levé, et le sein dénudé.

On le voit, c’est une conception particulière de la République que ce sein dénudé évoque, mais pas, contrairement aux propos de Manuel Valls, une conception de la femme. Ce qui est devenu le cas, il faut le reconnaître, quand certains maires ont choisi Brigitte Bardot pour figurer Marianne, en 1969. Là, il était vraiment question de libération de la femme. Mais historiquement, Marianne n’est pas le symbole de la femme.

Mais si Manuel Valls flotte un peu sur la figure de Marianne, que dire de ces passants interrogés en 1972 qui ont leur propre idée de qui est Marianne :

 "Marie la Vierge et, Anne sa mère..."

"C'est ce que je pense aussi... Seulement, je ne vois pas du tout le rapport avec la République..."

"Probablement, ce serait Marie-Antoinette qui a eu la tête coupée puisqu'on représente toujours le buste..."

"Comme on la représente toujours sans bras, ni sans jambes, c'est peut-être une ancienne handicapée physique..."

Comme quoi et contrairement à ce que pense François Fillon, le niveau en histoire ne décline pas forcément…

Et pour aller plus loin, je vous conseille la lecture de Maurice Agulhon, Marianne au combat, Flammarion, 1979.

 


Quand Manuel Valls fait dire à Marianne ce qu... par FranceInfo

Vous êtes à nouveau en ligne