Quand les Beatles débarquaient en France (1964)

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

A l'occasion du passage de la tournée de Paul McCartney en France, retour sur le premier accueil des Beatles en France. C'était en 1964 et la radio publique était plutôt mitigée.

Retour au mois de janvier 1964, Jean-Pierre Elkabbach annonce l’arrivée de ce groupe de guitaristes yéyés britanniques…

Les Beatles, les fameux guitaristes yéyés britanniques se produisent dans un grand music-hall parisien. Ils ont quitté pour un temps leurs fans, ils ont traversé le Channel, pour venir faire vibrer les yéyés français, nos yéyés.

 

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça n’enchante pas tout le monde. Voici un extrait de l’émission Ardugo, l’émission de France Inter destinée à concurrencer Europe n°1 et Salut les Copains:

Je crois qu'il va falloir trouver un vaccin contre la Beatlemania. On devrait trouver un vaccin qui nous guérisse définitivement...  Et bien maintenant, on va recevoir un jeune chanteur qui s'appelle Claude Vinci qui mérite d'être reconnu

 

 Les Beatles à éradiquer et Claude Vinci à promouvoir, 51 ans plus tard, je vous laisse juge de ce choix !

S’ils réclament un vaccin, c’est que depuis quelques mois la Beatlemania s’est emparée de l’Europe et bientôt du monde.

Pour l’heure, et pour la première fois ils sont en France. Contrairement à ce que l’on pense toujours leur premier concert n’a pas lieu à l’Olympia mais au Cyrano de Versailles, aujourd’hui un cinéma qui servait souvent de préparation pour le concert parisien. Le soir de l’Olympia, une fois encore, on ne se montre pas particulièrement emballé par le groupe anglais…

 

Soirée attendue, soirée frémissante...Les Beatles découvraient Paris. De gentils jeunes gens, excellents musiciens et qui déclenchent la frénésie. Quant à Trini Lopez  qui terminait la première partie du spectacle, c'est pour moi le grand triomphateur de la soirée .

 

Après Claude Vinci, voici donc Trini Lopez qui éclipse les Beatles. Décidément, il y a 51 ans, sur la radio publique, on n’avait pas vraiment perçu la révolution musicale qui s’annonçait.

 

Vous êtes à nouveau en ligne