Quand la FED remontait ses taux à... 20% !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Au début des années 1980, pour lutter contre l'inflation galopante qui frappe les États-Unis, Paul Volcker, le président de la FED, décide d'augmenter drastiquement les taux directeurs. Quels effets?

Retour au mois de juillet 1981. A la tête de la Banque centrale américaine depuis deux ans, Paul Volcker n'a qu'une idée en tête: stopper l'inflation qui a atteint jusqu'à 14% en mars 1980.

En bon monétariste, selon lui le meilleur moyen est d'assécher la masse monétaire en circulation, et pour cela il faut augmenter les taux directeurs qui passent de 11% en 1979 à 20% en 1981. L'effet est immédiat: la hausse du dollar décourage les touristes et détruit l'industrie américaine.

Mais dans le reste du monde, les conséquences sont également lourdes. Le dollar étant la monnaie mondiale, les effets sont évidemment mondiaux. L'Europe voit les capitaux filer en zone dollar, mais le plus dramatique a lieu dans le Tiers-Monde où la dette, libellée en dollar, s'envole de manière dramatique. Le premier pays frappé est un voisin des Etats-Unis, le Mexique.

Confirmant l'adage de Porfirio Diaz il y a un siècle: "Pauvre Mexique, si loin de Dieu et si proche des Etats-Unis."

Au mois d'août 1982, le pays se déclare en faillite. Suivront de nombreux autres pays du Tiers-Monde. Obligeant d'ailleurs les Etats-Unis à intervenir, les banques américaines étant en danger.

A partir de 1983, pour relancer la croissance, la FED baissera ses taux directeurs, mais pour les pays pauvres, le mal était fait. Et pour longtemps.

Vous êtes à nouveau en ligne