Pollution à Paris : conduite souple, circulation alternée et maintenant ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La prise de conscience des risques liés à la pollution de l'air dans Paris est ancienne et les solutions pour y remédier se sont succédé. Après la conduite souple (1959), la sanction contre les véhicules les plus polluants (1970) et la circulation alternée (1997), en passant par les pastilles vertes, Anne Hidalgo présente aujourd'hui son plan antipollution, une véritable révolution.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

 L'air de Paris devient impopre à la consommation, alerte !

En avril 1959, c'est par ce titre pour le moins angoissant que débute l'édition spéciale du Journal Parlé. Il faut dire qu'entre les voitures dont le nombre augmente de façon exponentielle, les usines et le chauffage domestique, l'air de Paris devient irrespirable.

Max Serruys, professeur aux Arts et Métiers, spécialiste des moteurs automobiles fait partie des intervenants et son avis pour limiter la pollution est très écouté :

Un premier moyen pour réduire la toxicité des gaz d'échappement consisterait à conduire avec plus de discernement, c'est à dire en évitant d'abuser du starter et des reprises brutales à basse vitesse. 

Conseils dérisoires en 1959, c'était bien de cette manière que l'on entendait lutter contre la pollution parisienne, en conduisant avec plus de souplesse, et en évitant d'abuser du starter, qui a depuis disparu des voitures.

Ces mesures sont certes un peu légères, mais elles s'inscrivent bien dans l'air du temps. La prise de conscience des risques environnementaux est encore balbutiante. Et l'impératif reste de préserver le rythme de la croissance soutenue des Trente Glorieuses.

En 1970, la donne n'a pas réellement changé lorsque le préfet de Paris évoque la principale mesure visant à lutter contre les véhicules les plus polluants.

Pour lutter contre la pollution, nous agissons par des contrôles et nous dressons un nombre fort élevé de contraventions.

Le conseil bienveillant en 1959, la sanction en 1970... C'est également le temps de pastilles vertes qui apparaissent dans le code de la route en 1988. Mais tout cela reste tout de même bien insuffisant d'autant que le parc automobile parisien connaît une croissance fulgurante dans ces années-là.

C'est pourquoi en 1997, la Ministre de l'écologie Corrine Lepage présente une mesure que tout le monde craignait ou espérait, et qui est déjà appliquée depuis des années à Athènes :

Monsieur le Premier Ministre a décidé, à ma demande et après concertations des collectivités que si nous parvenions à un niveau 3, nous passerions à un système de circulation alternée.

En excluant du principe les véhicules en réalité les plus polluants que sont les autocars et les véhicules utilitaires, véhicules diesels les plus polluants en dioxyde d'azote., cette mesure ne pouvait guère atteindre ses objectifs. D'autant que finalement, elle ne fut mise en place à Paris que deux fois, une fois en octobre 1997, puis une nouvelle fois en mars 2014.

C'est pourquoi les annonces d'Anne Hidalgo dans le cadre de son plan antipollution semble si importante. La Maire de Paris semble bien décidée à s'attaquer durablement au diesel à Paris et à engager une véritable révolution pour les déplacements dans la capitale.

 

Vous êtes à nouveau en ligne