"Le MO5, véritable R5 de la micro-informatique". Le plan informatique pour tous (1985)

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En 1985, Laurent Fabius annonce le "plan informatique pour tous". Un plan ambitieux qui n'est pas sans arrières pensées politiques et économiques et qui ne connaîtra pas le succès escompté.

Retour en 1985. A Matignon depuis 6 mois, le jeune Premier ministre Laurent Fabius se veut le grand modernisateur de la Gauche et de la France…Il annonce le "plan informatique pour tous".

C’est un plan extraordinairement ambitieux. Près de deux milliards de francs pour initier à l'informatique 11 millions d’élèves, faire entrer 120.000 ordinateurs dans les écoles, et former 110.000 enseignants …Et tout cela dans un délai très court : il faut être prêt pour la rentrée de septembre 1985 !

L’enjeu est de taille, comme le montre cette publicité payée par l'éducation nationale, en 1985:

"Apprendre l'informatique à nos enfants, c'est les préparer aux emplois de demain...Pour nous, la France avance "

 

Il y a aussi un coup politique et économique. Coup politique, parce qu’à un an des élections législatives, il faut que les Français voient que les socialistes ont changé, en bien.

Economiquement aussi, c’est un coup…

 

"La solution en matériels retenus par le gouvernement est 100% française. Les outils de base choisis sont les derniers nés de Thomson: le MO5, véritable R5 de la micro, et le TO7 70, outil encore plus performant.."

(MO5 Thomson © ordinosaures.fr)
 

 

"Le MO5, véritable R5 de la micro", nous voilà replongés dans un temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître !

Jean-Jacques Servan Schreiber, l’initiateur de ce plan informatique pour tous, voulait des Apple II et des Macintosh. Steve Jobs avait même promis d’installer une unité de fabrication en France plutôt qu’en Irlande.

Mais il faillait sauver le soldat Thomson, l’entreprise nationalisée au bord de la faillite en 1982, est choisie sans appel d’offre.

Choix perdant, notamment parce que le crayon optique n’a pas résisté longtemps à la souris de Microsoft et d’Apple.

En 1989, Thomson annonçait sa décision d’abandonner la micro-informatique, laissant dans les placards des écoles françaises des pièces de musée poussiéreuses…

Vous êtes à nouveau en ligne