L'avortement, un droit menacé aux États-Unis

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'Alabama a voté l'interdiction quasi-totale de l'avortement, y compris dans les cas d'incestes et de viols. Le but est d'amener la Cour suprême à revenir sur ce droit constitutionnel, reconnu depuis 1973.

En janvier 1973, la Cour suprême des États-Unis a statué, par sept voix contre deux, que le droit à la vie privée prenait aussi en compte la liberté pour une femme de se faire avorter ou non. Ce célèbre arrêt Roe vs Wade est devenu pour la Cour l'un des arrêts les plus importants politiquement. Tout a commencé au Texas en 1970. Une jeune texane, du nom de Norma McCorvey, saisit la Cour pour contester la loi du Texas, interdisant la pratique de l'abortement. Pour préserver son anonymat elle est nommée Roe et Wade, du nom du procureur du Texas, Henry Wade. Après plus d'un an d'auditions, la décision tombe le 22 janvier 1973 en faveur de Roe. 

Le souvenir du Brown vs Board of Education de 1954

Comme pour l’arrêt de 1954, déclarant la ségrégation raciale inconstitutionnelle dans les écoles publiques, c’est en se référant au XVe amendement de la Constitution que la Cour suprême prend sa décision. Cet amendement garantit l’égalité de droits entre les citoyens et le respect à la vie privée et permet aux anciens esclaves de voter. Par l’arrêt Roe vs Wade, la Cour suprême considère que l’avortement est du ressort de la vie privée des femmes et qu’elles peuvent disposer de leur corps en décidant de mener leur grossesse à terme ou non. Ce qu’il faut noter c’est que cette Cour suprême est plutôt conservatrice mais à cette époque, les idées libérales ont clairement remporté la bataille culturelle.

1992, la revanche des pro-life

Cela étant, les militants anti-avortement n’ont pas abdiqué pour autant. Ils vont gagner de l’audience à mesure que les idées conservatrices refont surface, notamment dans les années 1980, sous la présidence de Ronald Reagan et sa révolution conservatrice.

Les attaques contre l’avortement se font à l’échelle des États et en 1992 la question revient devant la Cour suprême. Les pro-life, qui rêvent de la fin de Roe vs Wade sont déçus. Pourtant, ils remportent bel et bien sinon la guerre, du moins la bataille.

21 des 50 États interdiraient l'avortement

Désormais par l'arrêt Planned Parenthood v. Caseyles États peuvent entraver le droit à l’avortement en le rendant plus difficile. Des centaines de lois vont être votées depuis cette date aux États-Unis, notamment dans le Sud du pays. Celle votée hier dans l’Alabama est cependant clairement anticonstitutionnelle. Le but de ses promoteurs est qu’elle finisse devant la Cour suprême qui, l’espèrent-ils, mettrait fin à la loi de 1973. Si c’était le cas, 21 des 50 États américains interdiraient immédiatement l’avortement, dans un pays où les pro-life ont le vent en poupe. Désormais 47% des Américains se déclarent de pro-choice et 47% pro-life.

Vous êtes à nouveau en ligne