Histoires d'info. Vente aux enchères Montand/Signoret : "Vous en connaissez beaucoup des hommes qui auraient résisté à Marylin ?"

De très nombreux objets ayant appartenu au couple Montand/Signoret sont aujourd'hui mis aux enchères. À côté des pièces maîtresses de la collection, un petit télégramme nous rappelle l'histoire d'amour entre Yves Montand et Marylin Monroe.

De très nombreux objets ayant appartenu au couple Montand/Signoret sont aujourd'hui mis aux enchères par Digard Auction. Ils proviennent de la résidence secondaire du couple à Autheuil, dans l'Eure. Parmi ces deux cents objets, un a particulièrement retenu notre attention.

Un télégramme adressé à Montand et Signoret

Il n'est certainement pas la pièce maîtresse de la collection, puisqu'on parle plutôt du piano de Montand ou de la montre ornée de diamants de Signoret. Il s'agit d'un très bref télégramme daté du 18 décembre 1954, l'année où le couple acquiert la belle maison d'Autheuil, trois ans après leur mariage. Ce télégramme, envoyé depuis les Etats-Unis, est adressé à Montand et à Signoret. Son auteur est le grand écrivain et dramaturge américain Arthur Miller. Voici son contenu : "Félicitations pour votre succès, un grand merci à vous et à votre femme". Miller félicite ici Montand pour le succès deux jours plus tôt de la première représentation en France, au théâtre Sarah Bernhardt, de la pièce Les Sorcières de Salem qu'il a écrite et dont Montand tient le rôle principal.

Miller n'est pas encore un intime du couple : il le devient cinq ans plus tard quand il dîne avec eux et celle qui est devenue son épouse entre-temps, une certaine Marylin Monroe. Une rencontre aux conséquences majeures et dramatiques puisque Monroe et Montand entameront bientôt une grande histoire d'amour sur le tournage du film Le Milliardaire, dont le titre original est Let's Make Love (Faisons l'amour), ce qui ne s'invente pas...

Une vraie femme avec un regard d'enfant

Juste après le tournage, en avril 1960 à Los Angeles, Cinq Colonnes à la Une interviewe le couple Montand-Signoret. Le premier évoque Marylin : "C'est difficile de vous expliquer Marylin Monroe. D'abord, on n'explique pas Marylin Monroe : on la voit, c'est beaucoup plus agréable je crois. On m'a demandé de faire une petite déclaration sur Marylin Monroe dans un journal de cinéma. J'ai dit à peu près ceci, je cite de mémoire : 'C'est formidable qu'un seul prénom, Marylin, soit connu dans le monde entier d'une façon colossale. Et surtout ce qui me plaisait en elle, c'est que c'était une vraie femme avec un regard d'enfant'."

Cette histoire cachée durera quelques mois. À des journalistes qui les avaient surpris à New York, Montand avait lâché : "L'idée que je puisse quitter Simone est simplement ridicule". Et Signoret ? Face aux rumeurs, elle dira malicieuse : "Si Marylin est amoureuse de mon mari, c'est qu'elle a bon goût". Puis quand l'histoire sera avérée, elle lancera : "Vous en connaissez beaucoup des hommes qui auraient résisté à Marylin ?" Vous le voyez, ce télégramme de quelques lignes ouvre une grande histoire. Elle nous donnerait presque envie d'aller faire une enchère…

Vous êtes à nouveau en ligne