Histoires d'Info. Quand les Français durent échanger tous leurs billets en seulement douze jours

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Si l'on devra, à partir de mardi, s'habituer à un nouveau billet de 50 euros, cela ne va pas bouleverser notre quotidien. Retour en 1945, lorsque la libération puis la reconstruction de la France exigeaient des mesures d'ampleur, notamment en matière monétaire.

Le nouveau billet de 50 euros sera mis en service mardi 4 avril. Revenons au début du mois de juin 1945, la paix est de retour sur le territoire national. Le retour à la normale sera long et l’une des premières mesures prises est particulièrement impressionnantes. Dans les Actualités françaises du 8 juin 1945, on raconte :  "La France réalise aujourd'hui la plus grosse opération monétaire qu'on ait peut-être jamais vu dans le monde. Quarante millions de Français ont douze jours pour échanger contre de nouveaux billets leurs vieilles coupures de 50 à 5 000 francs. Cette opération, faite franc pour franc, permettra à l'État d'établir le cadastre des fortunes et de découvrir plus d'un profiteur de la guerre et du marché noir. Et devant ces guichets qui sont bien aujourd'hui des guichets de fortune, on a commencé à voir couler le fleuve multicolore sorti de tous les bas de laine, de tous les tiroirs et peut-être même de certaines lessiveuses."

Pendant douze jours seulement, les Français sont donc appelés à changer leurs anciens billets de banque contre de nouveaux avec l’objectif avoué, on l’a entendu, de débusquer les profiteurs de guerre, ceux qui ont amassé indûment des sommes considérables pendant le conflit. L’un des buts était également de rendre sans valeur l’argent volé par l’ennemi pendant la guerre.

En outre, il s’agissait aussi d’avoir une photographie précise de la richesse des Français dans un but bien précis. "Il ne faut pas que ce soit seulement les biens au soleil, les maisons, les prés et les vignes, les entreprises créées grâce à l'esprit d'initiative et d'épargne qui portent seuls le poids des sacrifices, expliquait à l'époque René Pleven, le ministre des Finances du gouvernement provisoire. Et je suis sûr que la majorité du pays me comprendra."

Reprise en main de la souveraineté monétaire

Il faut savoir qu’à l’époque circulaient en France, outre les vieux billets de banque, de la fausse monnaie mais aussi des billets qu’on appelait "billet drapeau", parce qu’ils arboraient un drapeau français sur une face. Ces billets drapeau avaient été imprimés aux Etats-Unis et débarquèrent en même temps que les militaires américains en France. Leur but était de remplacer eux-aussi les billets français qui circulaient alors. Pour les États-Unis, ces nouveaux billets allaient être utilisés dans une France libérée mais sous contrôle américain.

On comprend dès lors que dès juin 1944, le Général de Gaulle, attaché à la souveraineté nationale, les considère immédiatement comme de la contrefaçon. Mais ils continueront de circuler jusqu’à la fin de l’été avant de perdre toute valeur à la fin de l'année 1947. Alors changer un petit billet de 50 euros, à côté ce n'est pas grand chose.



Quand les Français durent échanger tous leurs... par franceinfo
RADIO FRANCE / FRANCE INFO

Vous êtes à nouveau en ligne