Histoires d'info. Le 250e anniversaire du rattachement de la Corse à la France, un événement hautement politique

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Toute la semaine, Thomas Snégaroff se penche sur les grandes commémorations de l'année 2018. En mai prochain, nous allons célébrer le 250e anniversaire du traité de cession de la Corse à la France.

C'est un anniversaire qui interviendra dans un climat vraiment particulier, une commémoration qui devrait mobiliser les politiques et pas seulement les historiens. En mai 2018, nous fêterons le 250e anniversaire de la cession de la Corse à la France par la république de Gênes. Le traité de Versailles a été signé le 15 mai 1768.

Rembourser 200 000 livres tournois pendant 10 ans

À l'époque, la république de Gênes était très endettée à l’égard de la monarchie française. Elle n'avait donc pas d’autres choix que de lui céder la Corse, de manière temporaire. Charge à la France de rendre l'île de Beauté à Gênes lorsque les dettes auraient été remboursées. Pour être précis, Gênes s’était engagée à payer chaque année 200 000 livres tournois (ancienne monnaie de compte française) pendant 10 ans avant de récupérer la Corse. Mais la France, au moment de la signature du traité, savait pertinemment que jamais Gênes ne serait capable de payer une telle somme. La monarchie française était donc consciente que, par conséquent, en 1778, la Corse tomberait dans l’escarcelle du Royaume.

En 1768, les indépendantistes corses n'ont pas pu accepter cette nouvelle tutelle, eux qui, depuis plus de 30 ans, luttaient contre l’occupant génois. Par ailleurs, depuis 1755, Pascal Paoli a posé les jalons d’un Etat corse, indépendant, qui tient déjà l’intérieur de l’île et possède même une université, créée à Corte, sa capitale, en 1765. En 1768, les tractations financières entre la France et Gènes déplaisent donc fortement à Pascal Paoli qui lance alors : "Nous voilà vendus comme un vulgaire troupeau de brebis."

En mai 2018, les nationalistes commémoreront donc davantage une annexion de leur île à la France par la force. Ils célébreront la bataille de Borgo, une éclatante victoire militaire corse contre les armées royales au moins d’octobre 1668. Peut-être qu'ils célébreront aussi cet anniversaire de manière un peu spéciale, comme ils l'avaient fait avec le bicentenaire, en 1968, avec des commémorations qui n'avaient rien à voir avec le traité de Versailles. À l'époque, le chanteur Tino Rossi avait reçu les notables et la presse à Ajaccio pour fêter la sortie d'un album enregistré à l'occasion du bicentenaire de la naissance de Napoléon Bonaparte.

Vous êtes à nouveau en ligne