Histoires d'info. L'intelligence artificielle, une technologie présente depuis plus d'un demi-siècle

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le grand public l'a découverte depuis à peine 50 ans. Pourtant, l'intelligence artificielle intéresse le corps scientifique depuis les années 1950. Aujourd'hui, elle soulève de nombreuses questions, dont celle de la place que l'on voudra bien lui accorder.

On en a beaucoup parlé sur le mode de l’utopie ou de la dystopie. L’intelligence est partout, aujourd’hui et plus encore demain dans nos voitures, dans nos hôpitaux et dans les usines avec l’automatisation.
L’expression "intelligence artificielle" repose sur l’idée qu’une machine ait la capacité de "penser" par elle-même, d’être suffisamment autonome pour prendre des décisions. Et évidemment, il y a l’idée que la machine, par la puissance des calculs puisse égaler, voire dépasser l’intelligence humaine. Cela explique l'origine de l’expression d’intelligence artificielle.
Si, au début des années 1950, le mathématicien américain Alan Tuning est le premier à poser l’hypothèse d’une machine qu’il qualifie de consciente, il faudra attendre quelques temps pour que l’expression "intelligence artificielle" dépasse le cadre des scientifiques pour toucher le grand public.

L'intelligence artificielle pour "permettre à l'homme de survivre"

C'est au début des années 1970 qu’une émission de télévision française se penche sur l’intelligence artificielle, en insistant sur le fait que l’expression arrive des États-Unis. Dans cette émission, Walter Rosenblith, le directeur du célèbre Massachusetts Institute of Technology en pointe dans ce domaine, donne son avis, sur l'intelligence artificielle. Il se veut plutôt optimiste :

"Je n'aime pas beaucoup le terme d'intelligence artificielle. Je ne crois pas que le produit du cerveau humain soit artificiel", estime-t-il. "Deuxièmement, je vous dirais que je crois que ces machines-là sont en train de donner, à l'être humain, une dimension d'intelligence qu'il n'avait pas avant. Ce stade de l'évolution n'est pas celui de l'homme contre la machine, mais celui de l'homme et de la machine qui doivent coopérer, afin de [faire de] ce stade de l'évolution un stade qui puisse permettre à l'homme de survivre."

Pourtant prononcé aux débuts des progrès de l’intelligence artificielle, les propos de Rosenblith raisonnent avec une belle actualité 46 ans plus tard. Et ce d’autant plus qu’à l’époque, il répondait déjà à des critiques adressées à l’intelligence artificielle.
Rosenblith ajoutait que l’intelligence artificielle pouvait et devait assurer la survie de l’espèce humaine. Face aux immenses dangers qui se trouvent devant nous, c’est en effet ce que l’on peut espérer de cette révolution technologique…

Vous êtes à nouveau en ligne