Histoires d'info. Depuis le XIXe siècle, le pape est un médiateur en chef

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le pape François est arrivé lundi en Birmanie. Avant lui, d'autres papes, dont Jean-Paul II, ont servi de médiateurs dans de nombreux conflits.

S’il est particulièrement périlleux, le voyage du pape François au Myanmar (ou Birmanie) lundi 27 novembre s’inscrit dans une longue tradition de médiation du Vatican dans les relations internationales. Longue, car elle remonte en effet à la fin du XIXe siècle, même si l’idée avait été formulée dès le milieu du XVIIIe siècle par le pape Benoît XIV, surnommé "le pape des Lumières", qui prétendait que le pape devait être en Europe un conciliateur, un médiateur. Une position rendue possible par une neutralité à l’égard des puissances.

Mais cette neutralité était à l’époque une chimère tant qu’existait les Etats pontificaux, ces territoires au cœur de l’Italie et que le pape va perdre en 1870, se recentrant sur le Vatican qui deviendra un Etat en 1929 par les accords de Latran, négociés et signés avec Mussolini.

Débarrassé de ses Etats pontificaux, le pape peut désormais afficher une neutralité qui lui permet d’agir en médiateur. Ce sont les "bons offices, médiations et arbitrages" du Saint-Siège à la fin du XIXe siècle. La première médiation a lieu en 1885 entre l’Espagne et l’Allemagne qui se disputaient les îles Carolines, non loin des Philippines. Une médiation réussie au profit de l’Espagne. En suivront bien d’autres, pas toutes avec succès, à l’image de l’appel à la trêve du pape Benoît XV pour Noël 1914.

Jean-Paul II multiplie les initiatives

Ce rôle de médiation a été totalement embrassé et magnifié par un pape à l’incroyable charisme, Jean-Paul II qui à peine élu, se met au travail, en décembre 1978. Dans un journal télévisé de l'époque, un journaliste résume : "Enfin, le tension entre l'Argentine et le Chili. Hier l'Argentine envoyait des troupes dans la région du litige, c'est à dire le canal de Beagle. On espère beaucoup de la médiation du cardinal Samoré, envoyé spécial de Jean-Paul II."

Cette médiation sera un succès, mais on pourrait citer aussi son œuvre au Mozambique au début des années 90 ou celle, bien moins efficace, au Proche-Orient. Plus récemment, on pourrait évoquer l’action très active du Saint-Siège dans le rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis.

Le rayonnement diplomatique du Vatican

Le Vatican esr un acteur international incontournable. Pour preuve : en 1900, quatre États avaient une ambassade au Vatican, 180 États y possèdent aujourd’hui une représentation. Ce qui traduit une réalité indéniable : le rayonnement du pape et le rôle du Vatican est mondial et dépasse le monde chrétien. Un rayonnement qui a pour vocation d’apporter la paix, par la médiation, mais aussi par le coup de projecteur médiatique que les voyages du pape provoquent, le pape étant la voix de ceux qui n’en ont pas.

Ces deux dimensions, médiation et médiatisation sont au cœur du voyage du pape au Myanmar. Qu’il prononce ou pas le mot "rohingyas", tout le monde aura en tête le drame de ce peuple. Le pape aura fait sa part.

Vous êtes à nouveau en ligne