Histoire d'info. En 1987, Donald Trump convoitait déjà la présidence des États-Unis

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Aujourd'hui président des États-Unis, Donald Trump se fait connaître en France dans les années 1980. Milliardaire, auteur d'un livre revenant sur sa réussite, le businessman dénonce la gestion d'un pays qu'il gouvernera 30 ans plus tard.

Donald Trump débarque en France en 1987. Dans le journal d’Antenne 2, et sans jamais citer son nom, une jeune journaliste, Elise Lucet, se moque de celui qui n’est encore qu’un businessman : "L'image du jour sent le dollar trop vite gagné et l'héroïsme trop bon marché. Nouveau Dallas version has-been. Quand un milliardaire américain ne sait plus quoi faire qu'il est milliardaire et américain, il achète tout simplement le plus gros yacht du monde à un Japonais, milliardaire lui aussi. La classe, messieurs, ne s'achète ni au kilo, ni au supermarché." Les Français n’ont donc pas attendu l’élection de Trump pour se moquer de lui.

1987, l'année du triomphe

Ce n’est toutefois pas un hasard si Donald Trump surgit en 1987 dans les médias français. C’est en effet l’année du triomphe pour lui. Tout semble en effet sourire à l’homme d’affaire. Les Américains le connaissent déjà depuis quelques années, mais en novembre, il publie un livre, Trump : The Art of the Deal, co-signé avec un journaliste, Tony Schwarz, qui a tout écrit. Le livre est non seulement un best-seller, numéro 1 des ventes en cette année 1987, mais cette autobiographie d’un "winner" qui donne quelques conseils pour faire fortune fait de lui une star –il fait la Une de Newsweek-, et l’incarnation de l’Amérique qui gagne, l’Amérique de Regan. Pour Elise Lucet, c’est plutôt l’incarnation de la vulgarité américaine.

Un discours sensiblement identique à celui de 2016

C’est à ce moment-là qu’il se dit que la présidence des États-Unis pourrait être taillée pour lui et son génie.
À l’automne 1987, il se rend dans le New Hamphire, l’État qui ouvre la course à la présidence en janvier de l’année suivante. Et là, tout en se défendant de se lancer, malgré les pancartes « Trump 88 », il se lance dans des propos décousus et sans notes au cours desquels il évoque des élites qui ont conduit le pays à la catastrophe, une nation devenue la risée du monde… Des propos qui feront, en grande partie, le discours de Trump, 30 ans plus tard…

Vous êtes à nouveau en ligne