Donald Trump menace le vin français

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

 Et ce n'est pas la première fois que les Américains menacent le vin français de sanctions.

Donald Trump a agité lundi 10 juin sur Twitter la menace d’une taxation sur le vin français, en mettant en avant les taxes plus importantes payées par les vins américains pour entrer sur le marché français. Si Donald Trump innove souvent sur le fond et sur la forme, cette fois-ci, il perpétue une tradition assez ancienne.

Donald Trump avait déjà agité cette même menace, et dans un contexte assez proche, déjà au retour d'une commémoration en France. C'était alors au lendemain du 11 novembre 2018. Au-delà de Donald Trump, la menace de taxer les vins français est un classique des années 1980 et 1990.

En effet, les menaces apparaissent au début des années 1980, dans un contexte de développement du vin américain, notamment californien, qui commence à faire du lobbying pour freiner les importations de vins européens, et d’abord français. Et ça marche. En témoigne cette archive de France Inter du 4 octobre 1984 : "Les Américains essaient de se protéger du vin européen. La Chambre des Représentants a voté hier une mesure qui pourrait limiter les importations de vin de France et d'Italie".

Une menace efficace

Les menaces vont ensuite se succéder, angoissant régulièrement le secteur du vin en France, d’autant que selon les vignobles, le marché américain est le 3e ou 4e marché d’exportation. Et ça, les Etats-Unis le savent parfaitement bien, d’où la focalisation sur ce secteur particulier au moment des grands bras de fer commerciaux.

En 1986, au moment où les États-Unis perdent les marchés agricoles espagnols et portugais au moment de l’entrée de ces pays dans l’UE, ou plus encore en 1992, au moment des négociations du Gatt en vue du passage à l’OMC quand la question agricole bloquait, en raison des subventions européennes dans le cadre de la PAC. France 2, le 5 novembre 1992 :

"Malins les Américains. Ils ont interrogé leurs ordinateurs. La question : quelle produit ferait le plus mal aux Européens hostiles à l'accord que George Bush voulait au Gatt ?  La réponse, le vin blanc. Il touche la France, l'Italie et l'Allemagne, les trois pays du front du refus au GATT en Europe."

Et en 1992, comme d’ailleurs en 1986, la menace fonctionne puisque les Européens vont céder en réformant la Pac, ou Politique agricole commune. C’est le signe que la menace sur le vin est efficace, et c’est certainement la raison, rationnelle, pour laquelle Trump remet au goût du jour une menace que ni Clinton, ni Bush Jr, ni Obama n’avaient agité. Trump appuie à nouveau sur ce secteur sensible, économique et culturellement, comme il le fait régulièrement sur les voitures allemandes.

Vous êtes à nouveau en ligne