2002: Quand TF1 ne voulait pas voir LCI sur la TNT

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

TF1 s'en mord encore les doigts. Ne pas avoir cru à la TNT a coûté cher à LCI, La Chaîne Info, lancée en 1994.

Retour le 24 juin 1994, une date importante de l’histoire de la télévision française avec le lancement d’une nouvelle chaîne de télévision, entièrement consacrée à l'actualité:

"Fébrilité, émotion, trac pour les 160 personnes qui travaillent à LCI. Le pari est ambitieux, faire ce que France info a réussi à la radio"

La référence est France info, bien sûr, mais aussi et peut-être plus encore CNN, lancée aux Etats-Unis par Ted Turner dès 1980 ! Bouygues, le propriétaire de TF1, a aussi bien compris l’intérêt stratégique à inviter beaucoup d’élus à la télévision, notamment en périodes électorales et au moment où Bouygues s’apprête à se lancer dans la téléphonie mobile.

Le succès est immédiat. En 1999, Canal Plus lance I-télévision, mais la nouvelle chaîne ne fait pas le poids face à LCI qui la surclasse véritablement. 

C’est alors que les patrons de TF1, son président Patrick Le Lay et son vice-président Etienne Mougeotte, vont commettre une erreur stratégique lourde de conséquences.  Ils ne croient pas du tout à la TNT, Le Lay qualifie le CSA dirigé par Dominique Baudis de  "marxiste".

Les deux hommes se retrouvent en juin 2002 pour une audition en vue d’obtenir un canal sur la TNT. Mais pas question de candidater pour LCI, c’est TV Breizh que vient défendre Le Lay, signe du peu de considération qu’il a pour la TNT où il n’imagine que la présence de chaînes qu’il qualifie de  "folkloriques". L’échange entre le patron du CSA et celui de TF1 est pour le moins tendu. Dominique Baudis:

"J'ai souhaité que l'audition se passe dans la bonne humeur. Je peux vous rassurer. Rien de ce que vous avez dit contre le projet ne sera retenu contre votre propre candidature à ce projet. Le dossier appelle des discussions soit sur la Télévision numérique terrestre, soit sur la Bretagne. Sur la TNT, nous n'ignorons rien de votre point de vue. Pourriez-vous nous parler de la Bretagne. Vous êtes tellement aimable quand vous parlez de la Bretagne."

TV Breizh n’obtiendra pas le précieux sésame, et en janvier 2004, Le Lay avoue qu’il ne croit pas au développement de la TNT tout en précisant :

"Mais s'il s'avère qui je me suis trompé nous ferons partie de l'aventure"

Malheureusement pour lui et les salariés de LCI, depuis 10 ans, l’aventure s’est bel et bien faite sans eux.