Histoire de folles rumeurs. Marilyn Monroe assassinée

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La vie de l'actrice a été compliquée, l'explication de sa mort l'est également.

Personne n’a jamais mis en cause le fait que Marilyn Monroe soit morte le 5 août 1962 à Brentwood, Los Angeles, Californie, à l’âge de 32 ans. Mais à peine quelques jours après l’annonce du probable suicide de la comédienne, la rumeur d’un assassinat commence à prendre corps. 35 minutes, c’est la durée entre la constatation du décès par le médecin de Marilyn et l’arrivée de la police. Pas une éternité, mais un laps de temps particulièrement long dans lequel s’est engouffré...le doute. 

Marilyn est morte depuis plusieurs heures déjà lorsque sa gouvernante la découvre sans vie dans son lit au milieu de la nuit. Un probable suicide est rapidement évoqué, consécutif à l'absorption de très nombreuses capsules de Nembutal, un puissant barbiturique, dont on ne retrouva pourtant pas la trace dans l’estomac lors de l’autopsie. Mais pourquoi la gouvernante était-elle en train de nettoyer les draps du lit de Marilyn quand le sergent Jack Clemmons entra dans la chambre à 4h25 du matin. S’agissait-il de nettoyer les traces d’un lavement décidé par le psychiatre de Marilyn et qui aurait en réalité causé la mort ? S’agissait-il de nettoyer d’autres traces, celles d’un meurtre ? La machine à rumeur est lancée. Elle repose comme toujours sur la sidération face à la mort d’une icône. Mais il y a aussi des faits plus rationnels : pourquoi se donner la mort moins d’une semaine après avoir remporté un bras de fer avec Fox qui avait accepté de revoir son contrat à la hausse ? 

Accident ou assassinat ?

Pourquoi se donner la mort alors qu’elle disait vouloir repartir sur de bonnes bases, sans son psychiatre, en se remariant avec Jo DiMaggio, et quatre jours avant un rendez-vous de travail pour préparer un nouveau rôle, une comédie musicale avec Frank Sinatra ? Oubliant que l’on ne retrouve pas forcément la trace des barbituriques dans l’estomac, les tenants de la rumeur ont oscillé entre l’accident et l’assassinat. Un assassinat commandité par John F. Kennedy, par son frère Bobby, par Fidel Castro ou par la mafia. En 1973, le journaliste et romancier Norman Mailer publie son livre sur Marilyn, qui fera beaucoup pour la rumeur, et dont on entend parfaitement ici le mécanisme de la propagation.

Quelques mois plus tard sur le plateau de "60 minutes", le même Norman Mailer avouera qu’il avait imaginé un assassinat commandité par Robert Kennedy pour vendre beaucoup de livre. "J’avais besoin d’argent", explique-t-il. Le succès de ce livre fut en effet phénoménal. Il reste aujourd’hui un mystère qui entoure la mort de Marilyn. Ce mystère se résume en une question : a-t-elle voulu ou non se donner la mort ? 

Vous êtes à nouveau en ligne