Histoire de folles rumeurs. Les militaires français n'ont pas fait de trafic d'or au Mali

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une vidéo a circulé en septembre dernier semblant prouver que les militaires français faisaient un trafic d'or sur ordre de l'Elysée. C'était faux.

La caisse en bois qu'on voit sur les images est dure à ouvrir. Un homme, noir, casqué de jaune, finit par y arriver et tend ensuite à deux hommes, blancs, cravatés, des lingots d'or emballés dans du papier kraft. Début septembre, cette vidéo de trois minutes, vue des milliers de fois accuse : cet or a été volé par les militaires français en opération au Mali. L'un des tweets qui accompagne les images est clair : "La douane du Mali vient, en présence d'observateurs internationaux et de journalistes, de démanteler un trafic d'or effectué par des militaires français qui disaient qu'il transportaient des armes. Ces derniers ont déclaré qu'ils le faisaient sur ordre de l'Elysée." Tweet de Amina Guettai, du 8 septembre 2019 :

Mais la vidéo révèle des indices : un journal ghanéen daté de deux mois avant, une feuille avec le nom d'une société. Ces indices permettent à plusieurs médias de démonter cette thèse des soldats français trafiquants d'or malien. "C’est un détournement grotesque d’une scène banale de contrôle dans le cadre d’achats de métaux", dit René Verrecchia, l'homme en cravate rouge sur la vidéo, des déclarations à France 24.

Des accusations récurrentes

De l'or, des militaires français qui spolient les habitants et accaparent les richesses africaines. Évidemment, cette vidéo était une aubaine pour celles et ceux qui voient l'armée française comme une armée d'occupation, qui pille, comme au temps des colonies, les ressources du continent. L'accusation est récurrente. En avril, une photo montrait des soldats français, dans une excavation de terre, portant des caissettes. La légende accusait l'armée de creuser la terre malienne et de voler l'or au lieu de chasser les terroristes. La photo datait en fait de cinq ans, et montrait des militaires, en Centrafrique, préparer une opération de destruction de munitions.

Vous êtes à nouveau en ligne