Histoire de folles rumeurs. Henry Ford en route vers la Maison Blanche

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Une rumeur qui résonne particulièrement avec notre temps.

Dans les années 1910, Henry Ford est immensément riche et immensément célèbre. Il est un capitaine d’industrie qui a triomphé (Ford T) et qui, en plus, a une solide image sociale avec l’introduction du “five dollar a day” en 1914. Et la petite musique d’une candidature de Ford à la présidentielle fait son chemin. En 1916, alors qu’il n’est même pas candidat, il remporte la primaire du parti républicain dans le Michigan ! Alors quand se profile la présidentielle de 1920, et même si on ne sait pas vraiment si Ford est républicain ou démocrate, ou même s’il est intéressé par la fonction présidentielle, la rumeur se répand qu’il va se présenter, et même qu’il a de très grandes chances de l’emporter. 

Mais c’est surtout en 1924 que la rumeur prend toute sa force. La mort de Harding en 1923, remplacé par son vice-président plutôt mou Calvin Coolidge, renforce l’idée d’un Ford président, un homme avec du caractère ! Dans le Michigan mais aussi ailleurs dans le pays des clubs “Ford for President” sont lancés, sans l’accord de Ford, et la magazine Collier lance même un sondage au  printemps 1923 qui fait de Ford le premier candidat, devant même le président Harding.

Une rumeur sans fondement

L'antisémitisme viscéral de Ford ne semblait pas être un obstacle à la diffusion de cette rumeur, nourrie par un l’enthousiasme très fort que soulevait une éventuelle candidature. On est là dans le cas typique d’une rumeur mûe par le désir de sa réalisation, même si contrairement à l’habitude, elle se diffuse contre l’avis de l’intéressé qui n’a probablement jamais eu le désir de se lancer dans la course à la présidence. En 1916, ne déclarait-il pas : “Aucun homme ne devrait jamais se présenter à l’élection présidentielle.”

La rumeur s’achèvera avec le réel : Ford ne se présentera jamais, mais ce qui est passionnant c’est qu’il y a déjà un ressort que l’on retrouve aujourd’hui dans les rumeurs entourant une régulièrement la candidature de célébrité, que soit Oprah Winfrey ou Kanye West. Dans la presse américaine, notamment The Independent, on s’interroge sur cette rumeur et la possibilité d’un Ford candidat, lui qui ne faisait pas de politique. Et l’on y voyait, déjà, la force de l’imaginaire née de la culture populaire, à l’époque le cinéma (aujourd’hui la téléréalité…). Une foule désireuse de nouveauté, de héros : “Si vous étiez un producteur de cinéma et que vous cherchiez un héros, ne choisiriez-vous pas Henry Ford ?”

Une rumeur, c’est aussi parfois, un fantasme. 

Vous êtes à nouveau en ligne