Prostitution : un Etat "père fouettard"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La polémique continue ! Le 4 décembre dernier, les députés français ont voté en large majorité un projet de loi visant à pénaliser les clients de la prostitution.  Boris Cyrulnik s'insurge contre un Etat qui "choisit de punir la misère sexuelle."

La loi votée
le 4 décembre dernier par les parlementaires, visant à "punir" les clients du système prostitutionnel par
une amende de 1.500 €, devrait rentrer en vigueur dès le mois de septembre 2014
ou janvier 2015. La France rejoindrait ainsi le modèle suédois.

Cette loi
semble pour certains totalement hypocrite, qui ne protègerait en rien les jeunes
femmes contraintes à se prostituer. En effet, si en Suède,  la prostitution a pratiquement disparu de la
rue, il semble qu'elle se soit purement et simplement déplacée en des lieux
moins directement visibles, notamment sur Internet.

Boris Cyrulnik
dénonce ici, avec virulence, "l'inutilité d'une telle loi qui consisterait à
punir plutôt qu'à prévenir".

Le neuropsychiatre fait notamment référence aux travaux de Marie-Elisabeth Handman et Janine Mossuz-Lavau (CNRS-EHESS).

 

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne