Réseaux féminins, un booster pour la mixité

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

De plus en plus d'entreprises ont un réseau féminin. Des femmes se regroupent pour s'entraider, se conseiller, partager leurs expériences. Des structures qui font avancer la mixité et l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Créés à l’initiative de femmes déterminées à faire avancer la mixité dans l’entreprise, les réseaux féminins sont de plus en plus nombreux, près de 400 en France, essentiellement dans les grandes entreprises. Ces groupes permettent aux femmes de combattre le fameux "plafond de verre" qui les touche vers 40 ans. Cette barrière invisible qui les bloque dans leur évolution de carrière à un moment de la vie où l'équilibre entre vie familiale et vie professionnelle est  parfois difficile à trouver. Les femmes s’entraident, s'encouragent, partagent  leurs expériences pour faire avancer la mixité.

                                      

Nathalie Wright siège au comité exécutif de Microsoft France, chargée de la division "grandes entreprises". Exemple parfait de la femme qui a accédé à un poste à haute responsabilité, elle partage son expérience et reste très attentive à l’évolution des carrières au féminin. Elle se souvient des réflexions qui l’agaçaient profondément : "Tu pars à 18h, tu as posé ton après-midi ?" "Elle est compétente et en plus elle est jolie ". Ce genre de propos est moins fréquent,  mais les évolutions de carrière piétinent encore. Chez Microsoft France, les collaboratrices ou collaborateurs peuvent travailler certains jours à distance, une façon de mieux concilier vie familiale et vie professionnelle. Les réunions ne sont jamais avant 9h30 où au-delà de 18h, tout comme les mails proscrits le soir et le week-end. Des règles de vie qui ne doivent pas faire oublier les obligations de résultats auxquels sont soumis les collaborateurs.

Les femmes dans l’entreprise sont parfois oubliées, par manque de visibilité. Le réseau féminin va les faire connaître et reconnaître. Leurs compétences peuvent être boostées par un système de "mentoring",  elles profitent du savoir-faire et des conseils des autres. Dominique Gagliardi co-auteur du livre Réseaux au Féminin  paru chez Eyrolle, constate que les hommes ont une forte tendance à se coopter : "Ils se désignent entre eux et ont fait de la cooptation leur système de fonctionnement. Les femmes en sont exclues et ont beaucoup de mal à faire partie de leur cercle. Le réseau féminin les aide à combattre ce qui apparaît parfois comme des forteresses infranchissables ". Les réseaux féminins commencent à peser et à constituer une force de lobbying auprès des patrons et  des politiques. Les lois sur l’égalité homme- femme, où la représentation des femmes dans les conseils d’administration en sont une illustration.

Vous êtes à nouveau en ligne