franceinfo seniors. Monétiser son patrimoine immobilier quand on est senior

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Plusieurs solutions sont envisageables quand on souhaite retirer des liquidités de son patrimoine immobilier tout en continuant à vivre chez soi.  

Selon l’INSEE 73% des seniors de plus de 65 ans sont propriétaires de leur résidence principale, un patrimoine d’une valeur colossale selon la chaire TDTE (Transition Démographique -Transition Economique ), qui a chiffré à plus de
3 700 milliards d’euros le patrimoine immobilier des plus de 60 ans. Plusieurs solutions sont envisageables quand on souhaite retirer des liquidités de son patrimoine immobilier tout en continuant à vivre chez soi.  

Vendre son logement et racheter plus petit

L'une des solutions qui permet de trouver des liquidités, quand on est propriétaire de sa résidence principale, consiste à vendre son bien et à racheter plus petit, donc moins cher. La différence nette entre le prix de vente et d’achat permet de reconstituer un patrimoine liquide qui, une fois placé, générera des revenus complémentaires.

Le prêt viager hypothécaire

Ce prêt (PVH) permet d'emprunter une somme d'argent en contrepartie d'une hypothèque donnée sur un bien immobilier. Au décès de l'emprunteur, l'organisme financier se rembourse en revendant le bien immobilier mis en garantie.

Vendre son bien en viager (quand on n’a pas d’enfants)  

La vente en viager consiste à vendre son logement tout en continuant à l’occuper (via un usufruit ou un droit d’usage et d’habitation), en échange du versement mensuel d'une rente pendant toute la durée de vie du vendeur appelé crédirentier. Un apport initial (bouquet) est le plus souvent demandé en complément.

La vente avec valeur et usages garantis (pour les seniors avec enfants)  

La vente avec valeur et usages garantis s’adresse avant tout aux seniors qui ont des enfants (soit la grande majorité des seniors). Ce schéma permet de vendre son bien en ayant, d’une part, la garantie de pouvoir rester chez soi à vie, d’autre part la garantie que la valeur perçue à l’issue de l’opération sera toujours proche de la valeur du bien immobilier vendu.

Concrètement, le senior vend la nue-propriété de son bien et perçoit un capital. Il reste vivre chez lui, et en cas de décès prématuré, ses enfants perçoivent un capital complémentaire, versé par l’acheteur. Ce dernier y trouve son compte car symétriquement il est protégé par une assurance si le vendeur continue à occuper les lieux au-delà d’une certaine durée définie au départ.

Informations sur le contrat Monetivia pour vendeurs et investisseurs.

Vous êtes à nouveau en ligne