Roi Abdallah : le web entre hommages et colère

Les internautes ont accueilli de manière très contrastée le décès du souverain saoudien, remettant, pour beaucoup d'entre eux, la question de la liberté d'expression sur la table, et notamment le cas du blogueur Raïf Badawi.

 L'Arabie Saoudite a connu, ces dernières semaines, une activité numérique peu commune. La mort du roi Abdallah, dans la nuit de jeudi à vendredi, a suscité de nombreux remous en ligne, avec d'une part de nombreux au souverain, principalement sur des comptes saoudiens, mais également avec ce coup d'accélérateur donné à la mobilisation en faveur du blogueur Raïf Badawi, qui dure depuis un certain temps déjà.

Condamné à 10 ans de prison - et surtout 1.000 coups de fouets - pour "insultes à l'Islam ", il est surtout coupable d'avoir créé et animé Free Saudi Liberals , un site voulant ouvrir le débat sur le caractère très fermé du pays, notamment du point de vue religieux, ce qui a fortement irrité les hauts dignitaires saoudiens.

Les images de son supplice - il a reçu ses 50 premiers coups de fouet en public début janvier - ont ému partout dans le monde, notamment sur le web, où le hashtag s'est vite invité dans les timelines . Avec la mort du Roi Abdallah, les cartes sont rebattues. Que va faire son successeur, le roi Salmane ? Les internautes espèrent bien faire pression sur lui pour qu'il révise la peine de Badawi, voire qu'il le llbère, via le hashtag . Ca tombe bien, Salmane .

Vous êtes à nouveau en ligne