Donald Trump privé d'Aerosmith

Une nouvelle fois, le candidat à l'investiture républicaine se voit interdire d'utiliser une chanson dans ses meetings.

 Ca va finir par devenir une habitude. Après Neil Young et R.E.M, ce sont maintenant les légendaires hard-rockers d'Aerosmith qui demandent très formellement - par voie de justice - à Donald Trump de ne pas utiliser leur musique pour ses apparitions publiques. La chanson visée n'est autre que le tube Dream On , et les mots de Steven Tyler, le chanteur du groupe, sont on ne peut plus clairs : il ne veut pas que l'usage de ce titre donne la fausse impression qu'il soutient ou participe à la campagne de Trump.

Pourtant, ce dernier avait certainement du penser qu'avec Aerosmith, il ne craignait rien. Autant Neil Young et R.E.M sont ouvertement de gauche, autant Steven Tyler est un fidèle compagnon de route du Parti républicain. Apparemment, pas jusqu'au point d'appuyer l'improbable Donald, qui n'en finit plus de pousser la campagne dans les confins du psychédélisme le plus débridé. Reste à trouver une nouvelle bande-son pour cette épopée moderne.

Dans France Info Numérique, nous avons également évoqué la surveillance allégée de Julian Assange à Londres (et son apparition dans Astérix); les impôts de Facebook en Angleterre; François Fillon et les femmes; la page Wikipédia de Pierre de Saintignon et le très chouette reportage de notre camarade Anne Lamotte sur EnjoyPhoenix , tout juste auréolé du grand prix du reportage Radio France.

Vous êtes à nouveau en ligne