500.000 annonces disparues du Bon Coin

Le site de petites annonces a modifié ses conditions tarifaires en direction des professionnels, poussant un certain nombre d'entre eux à fuir la plateforme.

Bénéficiant d'un succès populaire important depuis quelques années déjà, Le Bon Coin voit poindre l'ombre du "bad buzz" en ce début d'année. La faute à une modification de ses pratiques tarifaires remontant au mois de novembre.  Désormais, les professionnels souhaitant utiliser ses services doivent débourser la somme de 3€60 par annonce pour une mise en ligne de deux mois.

Conséquence directe de cette décision, selon nos confrères de Ouest France, plus de 500.000 annonces ont disparu de la plateforme en à peine trois mois. Problème supplémentaire : des commerçants témoignent de la difficulté dans laquelle ce changement les plonge, tout particulièrement ceux, dont la quasi-totalité de l'économie repose sur les annonces du Bon Coin, mais qui ne peuvent se permettre de verser les sommes réclamées.

Pierre Declerck, patron de Nord Troc, un dépôt-vente de meubles et bibelot du Nord-Pas-de-Calais, fait partie des commerçants touchés de plein fouet par les nouvelles pratiques du site. Son témoignage a été recueilli par Cécilia Arbona:

Pierre Declerck (Nord Troc): "Beaucoup de petites entreprises se sont créées parce que le Bon Coin était gratuit"
--'--
--'--
De son côté, le site se défend en évoquant sa mission première : être avant tout un portail pour les particuliers, qui risquaient de se voir supplantés par les professionnels. Tout cela fera-t-il baisser la cote du Bon Coin, qui reste l'un des sites les plus visités du pays ? C'est peu probable, faute de concurrence solide, mais à surveiller tout de même...