franceinfo junior. Comment sont prises en charge les victimes d'attentat ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que ce mercredi a lieu la cérémonie annuelle d'hommage aux victimes de terrorisme, des collégiens posent leurs questions sur l'aide apportée à ces victimes. Pour leur répondre, Olivia Mons, directrice du développement de l'association France Victimes.

Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron ont assisté mercredi 19 septembre à la cérémonie annuelle d'hommage aux victimes du terrorisme. Cette cérémonie a lieu à la date anniversaire de l'attentat contre un avion qui s'est écrasé au Niger le 19 septembre 1989, faisant 170 morts dont 54 Français. Elle est organisée par  organisée par l'Association française des victimes du terrorisme et la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs. Après cette cérémonie, le président de la République doit rencontrer des victimes de terrorisme et des proches. 

Ils ont entendu parler d'attentats ces dernières années : attaque de Charlie Hebdo, le 13-Novembre ou encore la promenade des Anglais à Nice... mercredi 19 septembre, des élèves de 6e posent leurs questions sur les victimes qui ont survécu aux attentats : comment sont-elles prises en charge ? Par qui ? Pour leur répondre, Olivia Mons, directrice du développement de l'association France Victimes.

Parler pour gérer le traumatisme

C'est Flora qui pose la première question à notre invitée : "Comment on fait pour aider les gens qui sont traumatisés par l'attaque ?", interroge l'élève de sixième. Olivier Mons commence par une définition pour mieux répondre à sa question. "Un traumatisme, un trauma ou un psychotrauma, c'est  quand une personne a vécu quelque chose de très douloureux. Elle a cru qu'elle allait mourir. Elle est toujours vivante mais ça a pu bouleverser beaucoup de choses en elle : elle ne pense plus vraiment comme avant, elle n'a plus les mêmes relations avec sa famille, avec ses amis. Pour aider les gens traumatisés, la première des choses, c'est de les laisser parler de leurs émotions, de leur expérience, sans dramatiser, sans minimiser... les écouter tout simplement, explique la spécialiste. Il ne faut pas rester seul, il faut vraiment aller voir un professionnel."

De son côté, Louis, élève en sixième, s'interroge : "Où on les emmène les 'terrorifiés', ceux qui ont des blessures ?" Il se demande notamment s'il existe des lieux spécifiques où les victimes sont soignées. Olivia Mons lui répond : "Il y a deux types de blessures. Louis entend des blessures physiques, qu'on voit : un nez cassé, une balle dans un bras... Là, on les emmène à l'hôpital dans l'urgence pour soigner ces blessures physiques. L'autre type de blessure, qui est moins connue mais qu'on a rencontrée pendant ces attentats, ce sont les blessures psychiques, celles qui sont dans l'esprit, dans la tête. Pour ces blessures-là, on peut aussi les emmener à l'hôpital ou dans des lieux différents, spécialisés pour les victimes de psycho-trauma. Ces blessures sont plus difficiles à voir, elles sont invisibles, mais c'est important de les soigner."

Des psychologues spécialisés

Noémie voudrait d'ailleurs savoir s'il existe des psychologues spécialisées pour soigner les victimes d'attentat. "Exactement, Noémie tu as raison, réagit Olivia Mons. Il y a des psychologues spécialisés qui s'occupent justement de ces blessures psychiques, invisibles, qui doivent être prises en compte par des psychologues formés pour ça (...). Il faut avoir une formation particulière pour savoir entendre les histoires très difficiles, très douloureuses des victimes et prendre soin d'elles. [Ces psychologues] sont à l'hôpital, dans les associations d'aide aux victimes,... On peut y faire appel n'importe quand. Ça peut être plusieurs semaines après, plusieurs années..."

► Comment réagissent les proches ? C'est quoi un trauma ? Vous pouvez retrouver sur cette page notre émission franceinfo junior sur l'aide apportée aux victimes d'attentat, avec les questions d'élèves de sixième du collège Hélène Boucher de Voisins-le-Bretonneux (Yvelines) et les réponses d'Olivia Mons, directrice du développement de l'association France Victimes.

► Les élèves de cette classe ont enregistré leurs émissions depuis un studio de Radio France, dans le cadre des ateliers "La rédaction de franceinfo junior". Pour participer avec votre classe, vous trouverez ici toutes les prochaines dates d'ateliers et les infos pour vous inscrire.

franceinfo junior, une émission en partenariat avec le magazine d\'actualités pour enfants 1jour1actu et 1jour1actu.com.
franceinfo junior, une émission en partenariat avec le magazine d'actualités pour enfants 1jour1actu et 1jour1actu.com. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)
franceinfo junior, une émission en partenariat avec le magazine d\'actualités pour enfants 1jour1actu et 1jour1actu.com.
franceinfo junior, une émission en partenariat avec le magazine d'actualités pour enfants 1jour1actu et 1jour1actu.com. (FRANCEINFO)
franceinfo junior, une émission en partenariat avec le magazine d\'actualités pour enfants 1jour1actu et 1jour1actu.com.
franceinfo junior, une émission en partenariat avec le magazine d'actualités pour enfants 1jour1actu et 1jour1actu.com. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Cette semaine sur franceinfo junior

► Lundi, des enfants ont posé des questions sur l'affaire Benalla

► Mardi, franceinfo junior a expliqué aux enfants ce qu'est la Ligue des champions

Vous êtes à nouveau en ligne