franceinfo junior. C'est comment de participer aux Jeux olympiques ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que se tient jusqu'à vendredi la Semaine olympique et paralympique à l'école, des enfants interviewent l'escrimeuse Astrid Guyart, qui a participé aux JO. 

Jusqu'à vendredi se tient la 3e édition de la Semaine olympique et paralympique, notamment dans les écoles primaires. Alors que Paris accueillera les JO en 2024, cet événement est l'occasion de favoriser une pratique du sport régulière mais aussi de parler avec les élèves des valeurs du sport, de fair-play. Cette année, l'égalité entre les femmes et les hommes est particulièrement mise en avant, en lien avec l'actualité sportive : de grands événements de sport féminin se tiennent en effet cette année, comme la Coupe du monde de football féminin en juin.

Pour en parler, au micro de franceinfo junior, lundi 4 février : six élèves de CM2 d'une école du 11e arrondissement de Paris. Ils interviewent Astrid Guyart, ingénieure aérospatiale et championne d'escrime. Elle écrit aussi des livres jeunesse dont le héros est Jo, un clin d'oeil aux Jeux Olympiques. Elle est notamment l'auteure de l'ouvrage Le coup de main de JO, avec les handballeurs Thierry Omeyer et Daniel Narcisse (éd. Le Cherche-Midi).

Le sport, synonyme de partage

Maé pose la première question : "Pourquoi avez-vous choisi l'escrime comme sport ?" Astrid Guyart lui répond : "J'ai choisi l'escrime parce que mon grand frère Brice Guyart, qui est champion olympique d'escrime, a commencé avant moi. Je l'accompagnais à la salle d'armes avec ma maman. Je pense que pour ma maman, mettre ses deux enfants au même sport, c'était drôlement pratique d'un point de vue logistique, sourit l'escrimeuse. C'est un très bon choix de la part de ma mère."

Une passion pour l'escrime qui a débuté très jeune. "J'ai commencé l'escrime à l'âge de 5 ans, raconte la sportive. C'est le premier âge pour commencer ce sport parce que c'est un sport asymétrique : on est de profil, on va vers l'avant et vers l'arrière. Ce n'est pas tout à fait naturel donc c'est bien de l'apprendre jeune." Mais au-delà de l'attrait pour la discipline, "la raison pour laquelle j'ai aimé l'escrime, c'est les amis, le partage", complète Astrid Guyart. Une carrière qu'elle mène aujourd'hui en parallèle de son travail d'ingénieur et de sa passion pour l'espace. "J'alterne entre temps de travail, temps de travail de compétition, temps d'entraînement sur quatre années avec parfois du 100 % d'un côté ou de l'autre et des fois, c'est plutôt du temps partiel."

Les JO, "le Graal d'un palmarès sportif"

Léandro se demande si Astrid Guyart a participé aux Jeux olympiques. L'escrimeuse répond par l'affirmative : elle a terminé 4e par équipe aux JO de Londres (Royaume-Uni) puis elle a participé aux Jeux d'été de Rio (Brésil), où elle a fini 6e en individuel. "Les Jeux olympiques, c'est le 'plus plus plus' des émotions. On l'attend tous les quatre ans. Pour des sports comme l'escrime, c'est quasiment la seule compétition qui est médiatisée, commente-t-elle. Et puis c'est le Graal d'un palmarès sportif. Quand on arrive au moment de la cérémonie d'ouverture, je me souviens le Maracana, stade mythique de Rio de Janeiro, les poils qui se hérissent, la fierté aussi de représenter son pays et puis la conscience de ce qui nous attend parce que dans quatre jours, on va monter sur la piste et on va donner le meilleur de soi-même et on s'est préparé pour ça d'ailleurs." 

Sur cette page, vous pouvez réécouter en entier notre émission franceinfo junior du jour avec des élèves de CM2 et l'escrimeuse Astrid Guyart. 

Vous êtes à nouveau en ligne