L'idée européenne confrontée à la crise ukrainienne

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Qu'est-ce que la crise en Ukraine nous dit de l'idée européenne ? Pourquoi apparaît-elle, là-bas, comme une solution, alors qu'elle est souvent considérée, chez nous, comme un problème ? Analyse.

On a vu des jeunes mourir à
Kiev, en Ukraine, un drapeau européen à la main.
C'est plus qu'un
symbole. On peut y voir l'espoir d'un destin européen. Et une illustration de l'idée européenne.

L'historien anglais Tony
Judt, dans son livre majeur Après Guerre , expliquait que "l'opposé
du communisme n'était pas le capitalisme mais l'Europe"
. Pour lui,
les anciens pays de l'Est ont voulu, après 1989, échanger leur
mythe communiste, raté, contre la fable, réussie, de l'Europe.

A l'origine, la
construction européenne fût pour les pères fondateurs la paix ; un
besoin de paix. Voilà pourquoi l'élargissement de l'Europe s'est
imposé peu à peu aux pays de l'Est. Hier, la chancelière Angela
Merkel a réaffirmé que l'espoir d'un élargissement - le simple espoir d'un élargissement - était
nécessaire pour maintenir la paix en Europe et à ses frontières.

Les frontières de l'Europe
n'ont jamais cessé d'évoluer. On peut imaginer qu'elles s'ouvrent
vers le Nord – avec l'Islande ; vers l'Asie – avec la
Turquie (mais le processus est bloqué) ; vers l'Est -  avec la Serbie, le Monténégro ;
ou encore la Suisse (qui n'est pas candidate), etc. En fait l'Europe n'est pas une idée
géographique mais un état d'esprit. Et le projet européen vise
justement au dépassement des frontières qui ont tant contribuées
aux conflits.

L'Europe, c'est un état
d'esprit plutôt qu'un modèle très précis. Certains disent que
c'est un modèle social différent, une manière européenne de
réguler les rapports sociaux, d'autres qu'il y a des conditions sine
qua non (l'abolition de la peine de mort, la défense des droits des
femmes, etc., qui sont inscrites dans les traités) et que c'est cela
l'Europe. D'autres encore disent que c'est une certaine gouvernance
internationale : le consensus et le débat plutôt que l'imposition de la force.

En fait, l'Europe c'est à
la fois cette idée d'unité et cette diversité qu'il faut
concilier.
Une Europe post-idéologique, une culture à 28, 23
langues officielles, pas d'Internet ni de médias communs, une
diplomatie européenne qui se cherche...

En Ukraine voilà pourquoi
l'Europe apparaît comme une solution.
C'est cet état d'esprit qui
prime sur des mesures concrètes quand, paradoxalement, chez nous,
l'Europe apparaît plus comme un problème que comme une solution.
C'est peut-être le message que nous adresse l'Ukraine : construire, faire
tomber des murs et bâtir des ponts. Avancer. Construire toujours,
plutôt que détruire cet avenir européen.

 

* Pour aller plus loin :

  • Tony Judt, Après-guerre : une histoire de l'Europe depuis 1945 , Fayard/Pluriel, 2010

  • Guillaume Klossa, Une jeunesse européenne , Grasset, 2014

  • Bernard Guetta, Intime conviction : comment je suis devenu député européen , Seuil, 2014

  • Jeremy Rifkin, Le rêve européen ou comment l'Europe se substitue peu à peu à l'Amérique dans notre imaginaire , Fayard, 2005

  • Jean Monnet, Mémoires , Le livre de poche, 2007

  • Romain Gary, Education européenne , Folio, 1972

 

* Suivre aussi l'évolution de la crise en Ukraine en direct sur franceinfo.fr