franceinfo golf. Le sport des présidents

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le golf est une histoire de passion, mais pas seulement, lorsque l'on parle d'affaires ou de politique. Comme de nombreux autres présidents américains, Donald Trump est loin d’avoir mis entre parenthèse sa passion pour la petite balle blanche.

Le président Trump a joué avec le Premier ministre japonais, l’année dernière, il est apparu récemment sur Twitter en compagnie de Tiger Woods et de Jack Nicklaus. On dit même qu’il passe trop de temps au golf. 

À l’image de nombreux présidents américains, Donald Trump, lui-même propriétaire de plusieurs golfs en Floride, en Écosse, est loin d’avoir mis entre parenthèse sa passion pour la petite balle blanche. Il a même décidé de se faire installer une nouvelle version d’un simulateur de golf à la Maison-Blanche.

Pour Thomas Snégaroff, spécialiste de l'histoire américaine, le golf a une importance capitale lorsque l'on se retrouve à la tête des États-Unis.

"Un président français qui jouerait au golf, ce serait considéré comme une élite déconnectée du peuple. Aux États-Unis pas du tout, et ça en dit long sur le sport lui-même aux États-Unis et en France. Le premier président à avoir joué au golf publiquement c’est Howard Taft, au tout début du XXe siècle, et cela fait plus de 100 ans que quasiment tous les présidents américains jouent au golf. Et même quand ce ne sont pas de grands golfeurs comme Barack Obama, ils font quand même du golf."

Obama a joué avec ses adversaires politiques

"Ça fait partie de la carte d’identité des présidents américains. On est ainsi proche des valeurs d’un sport que les Américains aiment beaucoup, et puis on fait aussi du business et de la politique. On sait qu’il y a beaucoup de décisions politiques et économiques prises sur un parcours ; Barack Obama a par exemple beaucoup joué au golf avec les adversaires du Parti républicain lorsqu’ils ne voulaient pas travailler avec lui. Alors je ne suis pas sûr que Donald Trump joue beaucoup avec des démocrates au golf, mais c’est un instrument politique aux États-Unis."  

Et depuis le début de son mandat on a l'impression que Donald Trump va beaucoup plus loin dans le lien qu'il entretient avec cette discipline.

 "Il passe beaucoup de temps au golf, d’ailleurs on lui reproche" souligne Thomas Snegaroff, et le temps passé au golf, c’est du temps qui n’est pas consacré aux affaires et ce qui est marrant, c’est qu’en 2013 il twittait : 'mais où est donc Barack Obama ?  Il est au golf !  C’est un scandale.' Mais ce n’est pas le premier président que l’on accuse de trop jouer au golf. Il y a un précédent, c’est Eisenhower."

Un parcours par semaine

"Dwight Eisenhower était un très grand golfeur et on raconte qu’il faisait un parcours par jour. Alors vous voyez Donald Trump, il en fait un par semaine dans sa résidence de Mar a Lago en Floride, Eisenhower c’était un par jour, c’était sans doute excessif.

À la Maison-Blanche, Nixon avait installé une piste de bowling sous le bâtiment, Donal Trump installe lui un nouveau parcours de golf numérique. C’est une passion mais ça dit quand même des choses sur ce qu’il veut montrer, sa connexion aux Américains, et puis ça pose de vrais problèmes. Pour certains, ça les rassure de savoir qu’il n’est pas trop aux affaires, mais dans des temps aussi complexes c’est tout de même un vrai problème de le savoir autant jouer au golf..."

La somme de 50 000 dollars est avancée par certains médias pour le coût de l'achat de la nouvelle version numérique de son programme d'entraînement à la Maison-Blanche.

Vous êtes à nouveau en ligne