Ski de pentes raides et ultra triathlon

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Au menu de ce France Info Extrême, les secrets de récupération de Kilian Jornet. Après la Pierra Menta, le champion de ski alpinisme s'est offert deux premières à ski dans le Massif du Mont Blanc avec le spécialiste de pentes raides, Vivian Bruchez. Et puis rencontre avec Goulwenn Tristant, ultra triathlète, qui vise le titre mondial cette saison avec 38 ironmans au programme.

Jamais rassasié ! Après une quatrième victoire sur la Pierra Menta samedi dernier, le spécialiste de ski alpinisme, Kilian Jornet s'est offert en début de semaine deux voies jamais skiées au dessus de Chamonix, la Vire de Lune sur l'Aiguille du Chardonnet et la Pointe Kurtz. Dix heures de montée et de descente pour la première, six pour la deuxième. "Presque une journée de repos pour Kilian" , plaisante Vivian Bruchez, alpiniste, guide de haute montagne et skieur de pentes raides qui l'accompagnait. Les photos de deux faces sont impressionnantes, le granit rouge est ponctué de petites tâches de neige blanches. A les voir, on se demande franchement par où ils sont descendus. La question fait sourire Vivian Bruchez!

Si Kilian Jornet et Vivian Bruchez défient les limites de la gravité dans ces faces vertigineuses, Goulwenn Tristant, lui teste ses limites physiques et mentales sur l'ultra triathlon. Ce pompier de Paris de 34 ans, est arrivé sixième des championnats du monde l'an dernier en réalisant au total 23 ironmans. Je vous rappelle les distances d'un seul ironman : 3,8km de natation, 180 à vélo et 42 km à pied, un marathon. Et dans l'ultra triathlon, ces distances sont multipliées par 2, 3, 5, 10 jusqu'à 30 ! On parle de triple déca ironman. Goulewenn Tristant reconnaît une part de surenchère.

Goulwenn Tristant vise cette année la première place des championnats du monde qui commencent ce weekend avec un double ultra-triathlon en Floride. Il compte réaliser 38 ironmans au total, dont un double déca en Suisse fin août. Il s'entraine entre cinq et sept heures par semaine et finance seul sa passion, entre 15 et 20 mille euros par an. La discipline reste méconnue en France et pour l'instant aucun sponsors ne la soutient.