"Rengaine" , "une vitamine d'espoir pour les cœurs fragiles et malades"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Attention, grand film ! Un premier film signé Rachid Djaïdani, tourné sans moyens, avec des proches, pendant neuf ans, par à-coups et le tout permet au réalisateur une liberté de ton rarement entendue au cinéma. Un film indépendant et rentre-dedans !

L'amour, le racisme inter-communautaire, les traditions, le carcan religieux, ce sont les thèmes qui font de Rengaine un film détonnant. Et étonnant !

C'est une histoire avec "des noirs, des arabes, des rebeus " comme le dit Rachid Djaïdani qui paraissent amis. Sauf quand "il s'agit d'argent et de soeurs ..." Mais comment faire un film quand on n'a aucun moyen, pas ou peu de réseaux, quand on a été maçon et boxeur ? 

"Il était bon de dégainer " précise le réalisateur. "De prendre cette caméra et d'aller au contact de la vie ." Car on n'est pas tous les mêmes.

Synopsis

Paris, aujourd'hui. Dorcy, jeune Noir chrétien, veut épouser Sabrina, une jeune Maghrébine. Cela serait si simple si Sabrina n'avait pas quarante frères et que ce mariage plein d'insouciance ne venait cristalliser un tabou encore bien ancré dans les mentalités de ces deux communautés : pas de mariage entre Noirs et Arabes. Slimane le grand frère, gardien des traditions, va s'opposer par tous les moyens à cette union...

Vous êtes à nouveau en ligne