Guillaume Canet reprend l'équitation pour "Jappeloup", de Christian Duguay

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un cavalier amateur et orgueilleux, un cheval trop petit et caractériel, l'histoire de Pierre Durand et de son cheval Jappeloup était trop belle pour ne pas intéresser le cinéma.

Si le film reste assez prévisible, le plaisir de Guillaume
Canet et son goût pour les ambiances sont manifestes. C'est d'ailleurs lui qui
a écrit le scénario en s'inspirant de ses souvenirs et du livre Crin noir de Karine Devilder.

Adolescent, Guillaume Canet n'avait d'yeux
que pour Pierre Durand et son cheval. Lui-même cavalier, il rêvait de médaille
avant d'avoir un accident. Pour tourner ce film, il a repris l'équitation et la
compétition. "Je parle de mon enfance dans le sens où j'ai grandi en
montant à cheval, avec des parents passionnés derrière moi et une chute au même
âge que celle que Pierre a eu.
"

Synopsis : Au début des années 80, abandonnant une
carrière d'avocat prometteuse, Pierre Durand se consacre corps et âme à sa
passion, le saut d'obstacle. Soutenu par son père, il mise tout sur un jeune
cheval auquel personne ne croit vraiment : Jappeloup. Trop petit, trop
caractériel, trop imprévisible, il a de nombreux défauts mais une détente et
des aptitudes remarquables. De compétition en compétition, le duo progresse et
s'impose dans le monde de l'équitation. Mais les JO de Los Angeles sont un terrible
échec et Pierre prend alors conscience de ses faiblesses. Avec l'aide de Nadia,
sa femme, et de Raphaëlle, la groom du cheval, Pierre va regagner la confiance
de Jappeloup et construire une relation qui va les mener aux JO de Séoul en
1988.

Vous êtes à nouveau en ligne