Aki Kaurismäki, hymne à la fraternité dans "Le Havre"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Un film qui tient du conte de Noël. Mais un conte de Noël social. Et encore une fois, Aki Kaurismäki réussit à faire passer l'émotion et a touché avec une fresque sociale à la portée universelle. Un film parcouru d'une sorte de résistance à la fatalité... grâce à la fraternité.

Aki Kaurismäki signe une fresque sociale sur l'immigration des enfants. Le film a été montré au dernier festival de Cannes. Il a été
récompensé par le Prix Louis Deluc du meilleur film français de
l'année.

Avec André Wilms, Kati Outinen, Jean-Pierre Darroussin.

Synopsis

Marcel Marx, ex-écrivain et bohème renommé, s’est exilé volontairement
dans la ville portuaire du Havre où son métier honorable, mais non
rémunérateur, de cireur de chaussures lui donne le sentiment d’être plus
proche du peuple en le servant. Il a fait le deuil de son ambition
littéraire et mène une vie satisfaisante dans le triangle constitué par
le bistrot du coin, son travail et sa femme Arletty, quand le destin met
brusquement sur son chemin un enfant immigré originaire d’Afrique
noire.
Quand au même moment, Arletty tombe gravement malade et doit
s’aliter, Marcel doit à nouveau combattre le mur froid de l’indifférence
humaine avec pour seules armes, son optimisme inné et la solidarité
têtue des habitants de son quartier. Il affronte la mécanique aveugle
d’un Etat de droit occidental, représenté par l’étau de la police qui se
resserre de plus en plus sur le jeune garçon réfugié.
Il est temps pour Marcel de cirer ses chaussures et de montrer les dents.

Vous êtes à nouveau en ligne