La Mongolie, nouvel Eldorado ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'économie de ce pays d'Asie centrale, ancien satellite de Moscou coincé entre la Russie et la Chine, est en train d'exploser depuis que l'exploration de son sous-sol a montré qu'il regorgeait de richesses.

Du coup, on se bouscule au portillon pour arracher sa part du
gâteau ! En témoigne cette délégation d'entrepreneurs français débarquée cet automne, emmenée par Jacques Rostaing. Installé depuis des années au Vietnam dans le secteur du cuir, le Français a pris pied en Mongolie il y a peu. A Oulan-Bator, il fait commerce des peaux de chèvre qu'il transforme ensuite, notamment grâce à une technique aux écorces d'arbre. Et il veut attirer dans son sillage d'autres entrepreneurs français. Avec lui ce jour-là, Christian Karembeu. L'ancien international était venu en Mongolie faire la promotion d'un sac de sport à son nom.

Peu d'étrangers sont encore présents à Oulan-Bator. "Les places sont surtout pour de petits projets", affirme Jacques Rostaing. Depuis quelques années, les richesses du pays affluent grâce aux mines de charbon, d'or et de cuivre découvertes dans le désert de Gobie.A Oulan-Bator, tout reste à construire, dans une capitale laissée à l'abandon depuis la chute de l'URSS au début des années 90. Des expériences ont déjà été tentées avec succès, comme ces vaches limousines arrivées de France et désormais parfaitement acclimatées en Mongolie, malgré des hivers à -30° dans les steppes !

Lui écrire

Aller plus loin

Sa société, Rostaing Mongolia

Retrouvez ce portrait dans le livre "S'expatrier, vous en rêvez, ils l'ont fait !", 100 portraits d'expatriés français aux éditions Studyrama

Vous êtes à nouveau en ligne