Ingénieur consultant dans le pétrole en Norvège

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Il n’a fait que remonter la Mer du Nord. David Le Gall-Roste, aventurier de l’Or noir, a créé à Oslo son cabinet, et recrute à tour de bras des ingénieurs français. Sans rire, David Le Gall-Roste explique que le pétrole, il a "mis le pied dedans" en 1999.

 Il avait 25 ans et le groupe français Schlumberger venait de l’envoyer à Oslo, en Norvège, pour son premier poste d’ingénieur développement.

Auparavant, il y avait eu son enfance à Brest, son diplôme d’ingénieur à l’INPG de Grenoble, et une première expérience à la SNECMA Bordeaux, dans le développement de nouveaux matériaux en carbone pour l’aviation. Mais ce qui intéressait David, c’était l’international. A Oslo, le jeune Breton travaille "sur des systèmes d’acquisition de données sismiques, qui permettent d’obtenir une image du réservoir d’hydrocarbures en sous-sol."

Viendra ensuite une expérience de deux ans et demi à Houston, Texas, pour l’installation de puits pétroliers. "On a développé des technologies pour améliorer le taux d’extraction qui sont utilisées aujourd’hui aux quatre coins du monde," explique crânement David. Mais l’Europe lui manque, et puis le jeune ingénieur a entre temps épousé une Norvégienne. Il rentre donc à Oslo en 2004, cette fois pour créer sa société. "J’ai un tempérament d’entrepreneur, confie-t-il. Cette période de ma vie, ça a été une remise en cause, et je me suis lancé seul."

D’abord dans les télécoms, avant un retour à ses premières amours. "En Norvège, si on ne pense pas pétrole et gaz, on n’a pas compris grand-chose, c’est l’industrie n°1, loin devant le papier, la pêche et le transport maritime." David créée fin 2006 "LGR Consulting". Effectif : 10 personnes, tous des ingénieurs, la plupart français (mais aussi une Espagnole !), avec des profils relativement variés : spécialistes de la mécanique, du calcul de structure, du procédé, des technologies marines…

Le cabinet recrute sans cesse. "Le marché norvégien est très porteur, s’enthousiasme David Le Gall-Roste. Il y a un besoin en main d’œuvre qualifiée très fort. Notre objectif est de doubler voire tripler nos équipes en 2009". L’un de ses premiers clients fut naturellement Schlumberger, son ancien employeur. Ils sont aujourd’hui une douzaine de multinationales à s’attacher les services du cabinet. "On leur apporte un savoir. On est sûrs qu’il existe d’autres réservoirs d’hydrocarbures dans des zones pas encore bien définies. On développe des technologies innovantes pour découvrir ces nouvelles réserves. On les aide aussi à extraire un maximum de pétrole sur un gisement lambda".

Ses ingénieurs interviennent directement sur le site du client, même au bout du monde comme sur ce chantier de construction de navires méthanier en Corée du Sud ! David Le Gall Roste, 34 ans, et son épouse vivent au cœur d’Oslo, "C’est une ville à taille humaine mais à dimension internationale grâce au secteur du pétrole et gaz, décrit David, et l’une des rares capitales d’Europe en bord de mer." Un rapport de l’ONU a d’ailleurs désigné la Norvège comme le pays le plus agréable à vivre au monde, après l’Islande.

Lui écrire

Aller plus loin

Retrouvez ce portrait sur Vivre à l'Etranger, le site européen de la mobilité internationale.

Sa société, LGR Consulting

Vous êtes à nouveau en ligne