Français du monde. Travailler en Allemagne

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L’Allemagne reste le premier partenaire économique de la France. 4.000 entreprises françaises y sont basées, générant près de 400 000 emplois. Alors, travailler en Allemagne, est-ce un bon plan ou pas ?

Entretien avec Christina Gierse, rédactrice en chef du site de la mobilité internationale www.vivrealetranger.com du groupe Studyrama.

Quelles sont les entreprises qui recrutent en Allemagne actuellement ?

Il s’agit essentiellement d’entreprises françaises ayant déjà une filiale outre-rhin, mais aussi de quelques entreprises allemandes qui ont besoin de personnel parlant français pour leurs échanges avec leurs partenaires francophones.
La majorité des offres d’emplois concerne les ingénieurs, essentiellement dans l’industrie, les nouvelles technologies, les télécoms, l’aéronautique. On trouve aussi des offres d’emplois pour les commerciaux, assistants trilingues, et les infirmières.
Sachez que pour les infirmières, il existe une équivalence entre les diplômes français et allemands.

Berlin est à la mode en ce moment

Qu'en est-il du côté du marché de l'emploi local ?
Dans quelles régions trouve-t-on le plus de postes à pourvoir ?
Le paradoxe est que Berlin attire beaucoup pour sa richesse culturelle, son mode de vie alternatif et son côté branché, mais le marché de l’emploi n’y est pas optimal.
C’est un centre institutionnel avant d'être un pôle économique. Le problème, pointé par l'ambassade de France, est qu'un certain nombre de jeunes Français partent à Berlin pour trouver un travail, et reviennent déçus. Les chances de trouver sont plus importantes dans les régions à forte tradition industrielle comme la Rhénanie, le Bade-Wurtemberg, la Sarre, Munich et Hambourg.
La décentralisation étant importante en Allemagne, on trouve des entreprises leaders dans leur secteur dans de très petites villes, voire en zone rurale. Les amoureux de la nature seront donc servis.

Que faut-il savoir en matière de droit du travail ?

Il y a quelques différences. Dans les très petites entreprises (10 personnes maximum), l’employeur peut licencier librement sans indiquer de motif. Concernant le préavis, la loi prévoit un délai minimum de 4 semaines avec une date d’échéance au 15 ou à la fin d’un mois calendaire.
Autre chose à savoir : avant de signer votre contrat de travail, lisez-le soigneusement. Toute réclamation doit faire l’objet d’une demande écrite dans les 3 mois. C’est le délai  de forclusion. Au-delà, aucun recours n’est possible. Attention, enfin, à la clause de non-concurrence : celle-ci doit être bien sûr prévue dans le contrat, mais le montant exact de l’indemnité correspondante dans le cas de licenciement, doit être précisé dans le contrat de travail.

Où trouver des offres d’emploi ?

Selon votre niveau de diplôme, vous passerez soit par des sites emplois spécialisés comme Connexion Emploi. Pour les bacs + 5, il existe aussi l’option du cabinet de recrutement. Des associations franco-allemandes comme Emploi Allemagne peuvent vous aider. Enfin, les réseaux sociaux professionnels sont de plus en plus utilisés par les recruteurs outre-Rhin : le plus populaire est Xing, loin devant LinkedIn qui remporte pourtant la palme chez nous. La première chose à faire est donc de se créer un profil sur Xing dans l’objectif de rejoindre la communauté des quelque 165 000 Français déjà installés en Allemagne.

Ecrire à Christina Gierse

Aller plus loin

Merci à Marc Tempez, fondateur du cabinet de recrutement franco-allemand Perspektiv, également membre actif et responsable opérationnel de l’association Emploi-Allemagne et Steffen Paulmann, avocat associé spécialisé en droit social au sein du cabinet franco-allemand GGV

Le réseau professionnel Xing

Retrouvez ce dossier sur Vivre à l'étranger.com, le site de la mobilité internationale du groupe Studyrama

Vous êtes à nouveau en ligne